Pour les étudiants boursiers, l'indemnité inflation est versée cette semaine par le Crous, comme l'a annoncé hier le ministre délégué aux Comptes publics Olivier Dussopt. Ces derniers jours, Bercy puis la CAF ou l'Urssaf ont détaillé le reste du calendrier de versement de cette aide de 100 euros.

La « prime inflation », ou « indemnité inflation », annoncée par le Premier ministre Jean Castex le 21 octobre, concerne environ 38 millions de personnes : salariés, indépendants, retraités, chômeurs, allocataires des minima sociaux, étudiants boursiers, exploitants agricoles, invalides. Sont éligibles ceux qui touchent moins de 2 000 euros de revenus nets mensuels. Défiscalisée, cette aide sera versée en une fois et automatiquement, sans que les bénéficiaires n'aient à la réclamer.

Néobanques : les offres les moins chères pour maîtriser votre budget

Le décret d'application de cette « aide exceptionnelle », votée préalablement par le Parlement fin novembre dans le second projet de loi de finances rectificative, a été publié hier, dimanche 12 décembre, au Journal officiel. Le même jour, le ministre chargé du Budget Olivier Dussopt a ainsi annoncé le coup d'envoi du versement de cette aide sur Franceinfo.

Première étape, depuis lundi 13 décembre, pour les étudiants boursiers : le Crous est chargé du versement. Mais attention : le Crous a ensuite précisé que les paiements ne sont effectués qu'à compter du 15 décembre, avec un délai interbancaire de quelques jours à anticiper.

L'Urssaf effectue aussi de premiers virements dès cette semaine : « Pour les travailleurs indépendants dont les coordonnées bancaires sont connues, l'indemnité sera versée le [jeudi] 16 décembre par l'Urssaf ou la caisse MSA dont ils relèvent. » Suivront la semaine suivante, dès le 23 décembre, les « auto-entrepreneurs dont les coordonnées bancaires sont connues ».

Par ailleurs, l'Urssaf sera aussi chargée de verser cette prime de 100 euros aux salariés de particuliers employeurs : le versement est là aussi prévu le 20 décembre, si l'Urssaf dispose de l'IBAN des bénéficiaires. Certains salariés de particuliers employeurs devront encore transmettre leurs coordonnées bancaires, afin de profiter de ce virement de 100 euros sur leur compte bancaire : selon les informations de l'AFP, l'Urssaf dispose d'environ 400 000 RIB sur le million de salariés recensés.

Indemnité inflation : faut-il la verser à sa nounou, sa femme de ménage ou son jardinier ?

Les salariés du secteur privé vont eux toucher la prime fin décembre, via leur entreprise : « dès fin décembre pour ceux qui le peuvent », a expliqué Olivier Dussopt sur Franceinfo, l'Etat s'engageant à « rembourser extrêmement rapidement » les entreprises via des crédits sur leurs cotisations sociales. Pour les salariés privé, l'Urssaf précise que la prime inflation « sera versée par l'employeur sur la paie de décembre 2021, sauf impossibilité pratique », avant d'ajouter : « L'employeur devra verser l'indemnité au plus tard le 28 février 2022. »

Pour les employés du secteur public, le versement se fera « au plus tard » en janvier 2022.

Quant aux bénéficiaires de prestations sociales, versées par la CAF, c'est ce même organisme qui procédera au virement, fin janvier : « l'indemnité inflation vous sera versée automatiquement à partir du 20 janvier 2022. »

Qui verse, et quand ?

  • Etudiants boursiers : à partir du 13 décembre 2021 ;
  • travailleurs non-salariés : à partir du 20 décembre 2021 ;
  • salariés de droit privé : fin décembre 2021 ;
  • agents de l'État et des opérateurs de l'État : janvier 2022 ;
  • agents des collectivités territoriales : janvier 2022 ;
  • agents hospitaliers : janvier 2022 ;
  • étudiants non boursiers bénéficiaires des aides au logement : à partir du 20 janvier 2022 ;
  • demandeurs d'emplois : janvier 2022 ;
  • bénéficiaires de prestations sociales : à partir du 20 janvier 2022 ;
  • bénéficiaires de pension d'invalidité : janvier 2022 ;
  • retraités : février 2022.
Calendrier prime 100 euros
Le calendrier publié en novembre par le gouvernement

Indemnité inflation : ce que doivent vérifier les salariés pour toucher 100 euros