Des intrigues pour le pouvoir, des personnages corrompus, des familles en souffrance… Voici 4 séries, sélectionnées par les journalistes de MoneyVox, où l’argent (ou le manque d’argent) jouent les premiers rôles.

Le choix de Marie Rialland : « Succession » (OCS)

Image de promotion de Succession, série diffusée sur HBO
© HBO

Un patriarche qui s'accroche aux rênes du pouvoir, un fils désavoué alors qu'il était amené à succéder à son père, un fils cadet névrosé, une fille attirée par les lumières du pouvoir, un fils issu d'un premier mariage aux neurones assez peu sollicités... Succession, dont 2 saisons ont déjà été diffusées sur OCS en France, nous plonge dans l'univers de Logan Roy, magnat des médias et du divertissement censé transmettre l'empire familial à ses enfants. Mais le père tyrannique et PDG de Waystar Royco, incarné avec beaucoup de talent par Brian Cox, refuse de laisser la main malgré les difficultés financières auxquelles est confrontée la société.

La série américaine HBO, qui a débuté en 2018, a rapidement séduit les medias américains. Il faut dire que la saga, centrée avant tout sur le côté « business » de l'empire médiatique et sur les luttes intestines de la famille du « self made man », fait largement écho à des figures contemporaines. Le personnage de Logan Roy semble ainsi inspiré par Rupert Murdoch, le milliardaire australien qui a fondé News Corporation, l'un des plus gros groupes de médias du monde. La dynastie Roy rappelle également furieusement la famille Trump...

Sacrée meilleure série dramatique aux Golden Globes en janvier dernier, Succession offre à la fois une galerie de personnages extravagants (qu'on peut trouver « too much » au début avant de s'attacher à leurs énormes défauts), une plongée dans les coulisses financières d'un grand groupe (avec son lot de cadavres à cacher sous le tapis...), une dramaturgie où le spectateur retient son souffle alors que les protagonistes semblent « sur le fil » et que tout peut basculer en un battement de cil...

Les 2 premières saisons de Succession, série créée par Jesse Armstrong pour HBO, sont disponibles en France sur OCS. La saison 3, dont le tournage devait débuter au printemps 2020, a été repoussée en raison de l'épidémie de Covid-19. Elle devrait être diffusée courant 2021.

Le choix de Samuel Auffray : « Ozark » (Netflix)

Image de promotion de Ozark, série Netflix
© Netflix

Une famille aisée de Chicago se trouve embarquée dans la machine à laver du blanchiment d’argent pour un puissant cartel mexicain. Pour sauver sa peau, le père, Marty Byrde (Jason Bateman, également réalisateur de la saison 1), conseiller en patrimoine reconnu, a proposé au chef des narcotrafiquants un plan en or près du lac des Ozarks dans le Missouri pour compenser une lourde perte d'argent provoquée par son associé. Sur place, le business bien huilé sur le papier s'enraye quand les white trash locaux, mouillés dans le trafic d'héroïne et experts en magouilles, s'en mêlent ou que Marty est contraint de conjuguer avec la mafia de Kansas City.

Résultat, toute la famille, son épouse Wendy (Julia Garner) et ses deux enfants Charlotte et Jonah, mettent la main à la pâte de Byrde Entreprises, l'entreprise qui sert de façade au blanchiment. Tour à tour, les protagonistes achètent des hôtels, une morgue, tentent de construire une église, créent une Fondation ou ouvrent un casino sur fond de lobbying intense - l'ancien métier de Wendy - et de pots-de-vin. Objectif : blanchir toujours plus car le cash ne cesse d'affluer malgré une pression, toujours plus forte tout au long des trois saisons déjà diffusées, du FBI et de Navarro, le leader du cartel qui a mandaté son avocate personnelle et sans scrupules pour superviser ses affaires.

On observe au quotidien les combines de Marty et des siens pour mélanger argent légal et illégal. La série Ozark diffusée par la plate-forme Netflix est un modèle du genre et les contre-temps deviennent des menaces à plein temps. Comparable à première vue au mythique Breaking Bad (où un père de famille devient fabricant de drogue), Ozark est une série en fuite vers l'avant permanente, portée par le jeu des acteurs principaux. Et si finalement le plus beau tour de passe-passe de Marty et Wendy était de fausser compagnie à tout le monde pour s'enfuir au bout du monde les poches pleines ? Un projet ambitieux où rien ne garantit qu'ils sortent blancs comme neige.

Ozark est une série dramatique américaine créée par Bill Dubuque. Les 3 premières saisons sont disponibles sur Netflix. Une quatrième est à venir.

Protégez votre compagnon grâce à notre comparateur d'assurances animaux

Le choix de Mathieu Bruckmüller : « Billions » (Canal +)

Image de promotion de la série Billions (Showtime)
© Canal+

Une haine viscérale entre un gérant de hedge fund, devenu milliardaire, et le procureur fédéral du sud de New York. Voici le fil rouge qui traverse les 5 saisons de cette série choc lancée en 2016. Tout semble opposer Bobby Axelrod (Damian Lewis), marqué au fer rouge par son enfance misérable et la mort d’une partie de son équipe dans les attentats du 11 septembre 2001, et Chuck Rhoades (Paul Giamatti), pur produit de l’establishement de la Côte Est. Mais ils ont un point commun : les coups les plus tordus pour arriver à leurs fins.

Spécialiste des montages financiers les plus baroques, Bobby Axelroad est prêt à tout pour échapper aux griffes du procureur Chuck Rhoades qui a décidé de le mettre derrière les barreaux par tous les moyens, quitte même à briser son mariage. En effet, son épouse brillante psychologue (Maggie Siff), qui n’hésite pas à soulager les pulsions masochistes de son mari à coups de fouet, est aussi l’un des bras droits de son ennemi juré. Car l’intérêt de cette série vaut aussi par l’incroyable diversité de ses personnages. Mention spéciale pour Taylor Mason (Asia Kate Dillon), trader de génie non-binaire.

Les 4 premières saisons de Billions, série créée par Brian Koppelman, David Levien et Andrew Ross Sorkin pour Showtime, sont disponible en France sur Canal+. Interrompue par le coronavirus, la diffusion de la 5e saison devrait reprendre après l’été.

Le choix de Vincent Mignot : « Shameless » (Amazon Prime)

Image de promotion de Shameless, série diffusée par Showtime
l© Showtime

Comment survivre, sans argent ou presque, quand on est une fratrie de 6, abandonnée par leur mère, et dont le père, totalement irresponsable, détourne les aides sociales pour financer son penchant pour l’alcool et la drogue ? C’est la question qui se pose quotidiennement aux enfants, âgés de 1 à 21 ans, de la famille Gallagher, livrés à eux-mêmes dans leur maison d’un quartier populaire de Chicago et en lutte permanente pour échapper à la grande pauvreté. La sœur aînée Fiona (Emmy Rossum, brillante dans le rôle) jongle entre éducation de ses frères et sœurs et petits boulots pour payer les factures ; Lip (Jeremy Allen White), élève surdoué, préfère tremper dans diverses petites arnaques ; Ian (Cameron Monaghan) travaille dans une supérette tout en rêvant de devenir soldat… A défaut de parents, ils peuvent compter sur l’aide de leurs voisins, Veronica (Shanola Hampton), aide-soignante qui arrondit ses fins de mois en dévoilant ses charmes sur internet, et Kevin (Steve Howey), qui tient le bar du quartier.

Sur le papier, Shameless a tout du mélodrame social. On en est pourtant assez loin : la série emprunte à la sitcom une certaine légèreté de ton teintée d’humour trash - attention, la série s’adresse plutôt à un public adulte ! Elle n’hésite pas, toutefois, à se frotter au réel le plus cru : les tendances auto-destructrices de Frank Gallagher (William H. Macy), père de famille en roue libre ; les humiliation subies au quotidien par Fiona pour parvenir à nourrir ses frères et sœurs ; les normes sociales intériorisées qui retiennent Lip de poursuivre de brillantes études ; la violence omniprésente ; le puritanisme ambiant… Plus généralement, Shameless raconte le déclassement de la classe ouvrière de la Rust Belt, cette région du nord-est des Etats-Unis en cours de désindustrialisation, celle-là même qui a contribué à porter Donald Trump à la présidence en 2016.

Les 10 saisons de Shameless, série créée en 2011 par John Wells pour Showtime, sont disponibles en France sur Amazon Prime Video. Une 11e saison, qui sera la dernière, est annoncée pour 2021.