Près de 7 Français sur 10 estiment que leur futur, notamment financier, est plus incertain que celui de leurs aînés, selon une étude mondiale publiée par la banque HSBC. Fidèle à leur réputation, ils sont les plus pessimistes au monde.

« Parmi la totalité des pays interrogés, avec 69% des individus convaincus que leur futur est plus incertain que celui de leurs ainés, la France s'avère le pays où la population est la plus inquiète quant à l'avenir, contrastant avec la Chine : 39% », détaille un communiqué de HSBC, qui publie les résultats de la 2e édition de l’étude Power of Protection, réalisée dans 12 pays (1).

Les Français sont aussi ceux qui sont les plus enclins à modifier radicalement leur train de vie en cas d’événement venant impacter significativement leur situation financière : 64%, contre 52% tous pays confondus. Parmi les événements les plus craints pour leurs conséquences financières, le divorce arrive en tête (cité par 81% des sondés), devant la maladie (78%), l’accident (76%), la perte d’un membre de la famille ou d’un proche (56%) et l’arrivée d’un enfant (52%). Dans la sphère professionnelle, c’est évidemment le licenciement qui a les conséquences financières les plus négatives (cité par 94% des sondés), devant la retraite (75%).

Pas de réflexe prévoyance

Pour faire face à l’adversité, les Français donnent la priorité à la réduction de leurs dépenses (64%). Mais ils comptent aussi beaucoup sur l’épargne : 50% annoncent avoir déjà commencé à mettre plus d’argent de côté, et 45% ont déjà eu recours à leur épargne face à un coup dur. Une minorité seulement a le réflexe de se tourner vers la prévoyance : 18% ont contracté une nouvelle police d’assurance, contre 22% à l’échelle de l’ensemble de tous les pays, et 8% ont augmenté la couverture d’un contrat d’assurance prévoyance existant.

Retraite : épargnez en payant moins d'impôts. 12 contrats comparés

Pourtant, avec le recul, 23% des Français regrettent de ne pas avoir augmenté cette couverture en temps voulu. Il sont également 52% à regretter de ne pas avoir épargné plus, et 34% d’avoir tardé à réduire leurs dépenses.

(1) Sondage mené entre octobre et novembre 2015 auprès de 12.398 personnes dans 12 pays (Argentine, Chine, Emirats arabes unis, Etats-Unis, France, Hong Kong, Indonésie, Malaisie, Mexique, Royaume-Uni, Singapour, Taïwan). Echantillon représentatif de personnes âgées de 25 ans et plus dans chacun des pays.