Les ménages redevables de la taxe foncière ont jusqu’à ce mardi soir pour régler cet impôt local. Afin d'obtenir quelques jours supplémentaires, il faut passer par internet.

L’automne n’est pas la meilleure période de l’année pour les propriétaires de leur logement. En plus de la taxe d’habitation – progressivement rabotée avant sa suppression en 2023 pour la résidence principale -, ces derniers doivent aussi s’acquitter de la taxe foncière, dont le coût a flambé ces dernières années. Selon les calculs de l’Union nationale de la propriété immobilière (UNPI), celle-ci a augmenté de presque 35% en 10 ans.

Et le temps presse pour les 45 millions de foyers assujettis à cet impôt local. Si vous ne souhaitez pas régler en ligne, via impots.gouv.fr, la date limite c’est minuit, ce mardi soir. Dans le détail, elle vous concerne si vous payez par chèque, par titre interbancaire de paiement, par virement ou en espèces. A noter, le règlement en liquide est possible si son montant est inférieur à 300 euros.

Si vous payez depuis votre espace en ligne ou via l’application impots.gouv, ce que le fisc appelle le télépaiement, vous disposez de 5 jours de plus. C'est-à-dire jusqu’au 20 octobre minuit. Et la somme sera prélevée de votre compte bancaire à partir du 25 octobre.

Vos projets au meilleur taux grâce à notre comparatif des prêts conso

Ne tardez donc pas trop ! Car, en cas de retard, vous risquez de devoir vous acquitter d’une majoration de 10%. Si vous avez des difficultés financières, vous pouvez demander un délai de paiement à l’administration fiscale, voire une remise gracieuse en cas d’impossibilité absolue. Pour ce faire, rendez-vous dans votre espace particulier ou dans un service en charge des impôts munis de votre avis, d’un RIB et de divers justificatifs (fiches de paie, attestation de loyers…).

Lire aussi : Le calcul incompréhensible de la taxe foncière