Le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Santé Xavier Bertrand a abondé dimanche, sur BFM-TV, dans le sens du ministre de l'Intérieur Claude Guéant qui prône la baisse de l'immigration légale, en disant vouloir donner la priorité "au retour à l'emploi" des chômeurs.

« Je pense qu'on peut réduire l'immigration du travail », a déclaré Xavier Bertrand, en affirmant que sa « nécessité première était de donner davantage de travail aux demandeurs d'emploi ». Le ministre a fait état d'une partie des résultats d'une enquête de Pôle emploi publiée mardi, selon laquelle un tiers des embauches projetées par les entreprises privées cette année allaient être difficiles à pourvoir « alors même que l'on a 2,7 millions de sans emploi ». « Mon objectif est que l'on puisse former plus rapidement, plus efficacement ». « Faire venir de l'extérieur pour occuper les postes, soit, c'est ce qu'on a fait depuis longtemps. Mais je pense que l'on peut réduire ce nombre parce que la priorité, c'est de former les demandeurs d'emploi et les ramener vers l'emploi », a-t-il ajouté.

Xavier Bertrand a affirmé d'autre part qu'il fallait « lutter avec acharnement contre » l'immigration illégale, notamment parce que « le système de protection (français) n'est pas en mesure d'accueillir des personnes qui viendraient illégalement » et « ont des droits » une fois qu'elles sont sur le territoire français, a-t-il dit.

Lutter contre les fraudeurs

Au nom de la « justice sociale », le ministre s'est aussi prononcé pour le renforcement des contrôles pour faire la chasse à la fraude sociale, qu'il a qualifiée de « véritable plaie », se chiffrant en milliards d'euros, selon lui. S'il faut lutter contre l'immigration illégale, « il faut » aussi « s'attaquer à tous les types de fraudes », a-t-il encore déclaré, en évoquant les entrepreneurs qui embauchent au noir mais aussi les citoyens cumulant indûment des « revenus de l'assistanat ». « Certains disent (que les fraudes coûtent) 5 milliards, d'autres 10 milliards, toutes les fraudes confondues, parce que je n'oublie pas la fraude fiscale. Mais c'est bien plus que 5 milliards d'euros ».

Professionnels : les offres en ligne les moins chères pour limiter vos frais bancaires

Nicolas Sarkozy s'est prononcé jeudi pour un renforcement des contrôles exercés sur les chômeurs, estimant qu'il s'agissait d'un élément de « justice sociale envers les salariés et les ouvriers qui travaillent dur ».