Le prix de la consultation de base chez un généraliste est passé de 17,53 euros en 2000 à 25 euros en 2020. Cette hausse n’a été couverte qu’en partie par l’Assurance maladie. Dernier acte de notre série d’été sur la « valse des prix ».

Faute d’argent, 5% des Français renoncent à se rendre chez un généraliste selon l’Institut de recherche et de documentation en économie de la santé. La quasi-totalité des praticiens se conforment pourtant aux prix réglementés. Plus de 90% des généralistes sont en effet dits conventionnés du secteur 1 et ne peuvent pas appliquer de dépassement d’honoraires. Leurs tarifs résultent d’une négociation entre les syndicats des médecins et l’Assurance maladie.

La dernière réévaluation de la consultation remonte à 3 ans. Depuis mai 2017, le rendez-vous chez un généraliste du secteur 1 est fixé à 25 euros, contre 23 euros entre 2011 et 2017. Au tournant de l’an 2000, un adulte se rendant chez son médecin traitant réglait en fin de consultation 17,53 euros. Le prix d’un généraliste conventionné a donc progressé de 43% depuis 20 ans.

Cette augmentation a en partie été couverte par l’Assurance maladie. « Ces hausses ne changent pas les modalités de prise en charge entre la part prise en charge par l’Assurance maladie (70%) et par l’assurance complémentaire (30%). Celles-ci continuent à s’appliquer, impliquant que ces hausses seront à effet nul ou quasi nul sur les 95% des assurés qui disposent d’une complémentaire santé », soulignait l’Assurance maladie en annonçant la revalorisation de prix de 2017.

Evolution du prix du rendez-vous chez le généraliste depuis 2000

Effet de l’euro symbolique et du ticket modérateur

Le ticket modérateur – c’est-à-dire la partie qui n’est pas remboursée par la Sécurité sociale – n’a en effet pas évolué entre 2000 et 2020. Il est fixé à 30%, à l’exception des patients sans médecin traitant pour qui il est de 70%. Mais, qui dit part fixe, dit aussi qu'à mesure que le prix de la consultation augmente, la somme en euros à la charge du malade ou de sa mutuelle augmente. Par exemple, sur les 2 euros de hausse de 2017, la Sécurité sociale rembourse 1,40 euro. Et les 60 centimes restants sont pris en charge par la mutuelle ou, à défaut, par le patient lui-même.

Vos projets au meilleur taux grâce à notre comparatif des prêts conso

Ces dernières années, le reste à charge a également augmenté suite à la mise en place en 2005 d’une franchise de 1 euro par consultation. Concrètement, au lieu de rembourser 17,50 euros par rendez-vous (70% x 25 euros), la caisse d’assurance maladie conserve 1 euro et ne reverse que 16,50 euros au patient. Ce forfait est rarement couvert par les complémentaires santé.

Résultat : l'augmentation des tarifs réglementés, la mise en place de cette franchise et la stabilité du ticket modérateur se sont traduits par l'augmentation, depuis 2000, de 62% du reste à charge avant remboursement de la mutuelle. En 2000, cette somme était de 5,26 euros. Elle est aujourd’hui de 8,50 euros.