L'assureur et courtier April a vu son bénéfice net augmenter de 14,8% en 2015, à 42,1 millions d'euros, profitant d'une base de comparaison favorable, mais se montre pessimiste quant à l'évolution de son résultat opérationnel courant cette année.

Comme prévu, le résultat opérationnel courant a reculé en 2015, de 3,9% à 73,1 millions d'euros, en raison notamment des investissements réalisés en vue de la généralisation de la complémentaire santé à tous les salariés le 1er janvier 2016. S'attendant cette année à une nouvelle réduction de son portefeuille de clients en santé individuelle – un effet qui devrait se produire jusqu'en 2017 –, le groupe lyonnais prévient que son résultat opérationnel courant devrait à nouveau baisser de 8% à 12% cette année.

« Nous sommes confiants dans la solidité du groupe pour renouer avec la progression de sa rentabilité au fur et à mesure que les marchés sur lesquels nous sommes présents se normaliseront », a toutefois souligné Bruno Rousset, PDG d'April, cité dans le communiqué. Le dividende par action proposé pour l'exercice 2015 atteint 0,26 euros, en recul de 38,1% par rapport à celui de l'année précédente. A 25,1%, le taux de distribution reste toutefois légèrement supérieur au minimum visé fixé à 25% du résultat net.

+4,1% de chiffre d'affaires en 2015

En 2014, le bénéfice net du groupe avait chuté de 28,8%, à 36,6 millions d'euros, mais ce repli tenait pour beaucoup à des éléments exceptionnels à hauteur de 6,8 millions d'euros. Ils concernaient la restructuration de sa présence à La Réunion pour 4,8 millions d'euros ainsi que les coûts nets de la fermeture de ses activités en Argentine, au Chili, en Hongrie et en Biélorussie. En 2015, d'autres charges opérationnelles non courantes ont été comptabilisées pour 1,8 million d'euros, liées en partie à la cession de l'activité du groupe en Ukraine.

Vos projets au meilleur taux grâce à notre comparatif des prêts conso

Le chiffre d'affaires d'April, publié fin janvier, a progressé de 4,1% en 2015, à 798 millions d'euros, soutenu par le bond des primes d'assurance.