Les autorités françaises mettent de plus en plus régulièrement en garde contre les agissements de certains sites proposant des investissements sur le Forex ou en options binaires. La Répression des fraudes alerte ce mercredi contre une nouvelle usurpation d’identité, qui touche cette fois le CEC France.

Vous avez reçu une proposition d’investissement sur le marché du Forex ou en options binaires de la part d’une société prétendant avoir un agrément CEC France, ou du réseau des centres européens des consommateurs (ECC-Net) ? « Ceci est un faux », prévient le véritable Centre européen des consommateurs (CEC) dans un message sur son site, relayé ce mercredi par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). La société frauduleuse se présente dans certains messages comme EAM.

« Il convient de rappeler que le CEC France, de par les missions qui lui sont confiées, ne donne jamais d’agrément et ne travaille pas en lien avec des sites d’investissement boursier, d’autant plus frauduleux », écrivent la Répression des fraudes et le CEC France, avant de préciser : « Au contraire, il alerte régulièrement sur leurs pratiques commerciales. » Le Centre européen des consommateurs, co-financé par l’Etat français, via la DGCCRF, et par la Commission européenne, est implanté en Allemagne et assiste les consommateurs français sur leurs droits en Europe ou intervient, entre autres, dans le cadre de litiges transfrontaliers.

Investissez dans l'immobilier dès 1 000 €. Notre palmarès des meilleures SCPI

Dans sa mise en garde, le CEC France exhorte les internautes à ne transférer « aucune somme d’argent sur un compte bancaire en République tchèque à Prague ou dans tout autre pays », comme le demande la société usurpant son identité.