En octobre, la confiance des ménages diminue encore. Les Français redoutent les conséquences de la hausse des prix et s'inquiètent de leur niveau de vie futur.

Le moral des Français n'est au beau fixe. Ce n'est pas une surprise mais c'est ce que nous confirme l'Insee dans son étude mensuelle publiée mercredi. L'indicateur qui synthétise la confiance des ménages passe sous sa moyenne de longue période en octobre. Au sujet de leur situation financière future, par exemple, la proportion de ménages estimant qu'il est opportun de faire des achats importants est en baisse.

La crainte de l'inflation

Pas étonnant puisqu'ils sont de plus en plus nombreux à considérer que les prix ont augmenté depuis un an au cours des douze derniers mois. Un niveau jamais atteint depuis 2012. Et ce n'est pas fini visiblement. « Les ménages estimant que les prix vont augmenter au cours des douze prochains mois sont eux aussi plus nombreux en octobre », explique l'Insee. Pourtant, d'après les dernières prévisions de la Banque de France, « l'inflation reviendrait en dessous de 2% dans le courant de 2022 », et ce après avoir atteint 2,7% en septembre sur un an.

Malgré tout, les particuliers sont de plus en plus pessimistes sur les chances de voir leur niveau de vie s'améliorer au cours des douze prochains mois. Selon un sondage réalisé par MoneyVox la semaine dernière, 73% des Français craignent justement de le voir baisser dans les années à venir. Interrogés sur leur capacité d'épargne future, là aussi les Français broient du noir. Le solde d'opinion à ce sujet perd 9 points ce mois-ci.

Livret A, crédit immobilier... Nos dix propositions pour la présidentielle 2022

Par ailleurs, « la part des ménages qui considèrent que le niveau de vie en France s'est amélioré au cours des douze derniers mois diminue également », signale l'Insee.

Frais bancaires : jusqu'à 223 € d'économies grâce à notre comparateur

Dans un contexte de flambée des prix de l'énergie, le gouvernement vient d'annoncer une indemnité inflation de 100 euros pour les personnes touchant moins de 2 000 euros net par mois. Une prime qui suscite de nombreuses interrogations.

Retraite, impôts, prix du tabac et du gaz ... Ce qui change au 1er novembre