Depuis le 12 juin 2020, les bénéficiaires de titres restaurant ont la possibilité de dépenser 38 euros contre 19 précédemment. Alors que la mesure doit prendre fin au 31 août, une organisation professionnelle et un émetteur demandent que cette mesure soit prolongée pour assurer la relance des restaurants. Bercy n'a pas répondu aux sollicitations de MoneyVox.

Lorsqu'il a annoncé que la durée de validité des tickets restaurant de 2020, arrivant à échéance fin février 2021, était prolongée jusqu’au 31 août 2021, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire avait également prolongé le plafond maximum utilisable au restaurant, 38 euros. Jusqu'au mois de juin 2020, il n'était pas possible de payer plus de 19 euros via ce moyen de paiement. Face à une situation sanitaire toujours précaire, l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (UMIH) demande un maintien de ce plafond à la rentrée. « Il nous semble à l’UMIH nécessaire de rappeler le rôle du titre restaurant dans la relance de l’activité des restaurants, car il se mesure concrètement. Dans certaines zones d’activité cela peut même atteindre 40 à 50% du CA, » précise Hubert Jan, président branche restauration UMIH dans les colonnes de Tourmag.com. Une démarche appuyée par le groupe Up qui commerciale Up Déjeuner, l'un des acteurs fort du secteur.

De son côté, Bertrand Dumazy, le PDG Edenred, un autre émetteur de titres déjeuner, demande une hausse du plafond exonéré d'impôt dans un entretien à La Tribune. La part employeur pourrait ainsi être portée à 15 euros, contre 10 aujourd'hui. Il s'agit selon lui de la « meilleure réponse anti-crise (...) Un ticket restaurant c'est de l'argent fléché vers les restaurateurs, et cet argent va être dépensé. Pour l'Etat, cela rapporterait même 1 milliard d'euros. » Pour être exonérée des cotisations de Sécurité sociale, la contribution patronale au financement des titres restaurant doit être comprise entre 50 et 60% de la valeur du titre. Reste donc à la charge du salarié entre 40% et 50% de la valeur du ticket.

La hausse du plafond journalier de 19 à 38 euros a eu pour effet d'augmenter de 14 à 21 euros la dépense moyenne en chèques déjeuners entre juin et août 2020. Contacté par MoneyVox, Bercy n'a pas donné suite à nos demandes.

Vos projets au meilleur taux grâce à notre comparatif des prêts conso

Près de 4 millions de salariés utilisent presque quotidiennement leurs titres restaurant, pour régler leur déjeuner pris sur le pouce ou leur repas entre collègues au restaurant. Vous pouvez aussi les utiliser pour faire certaines courses ou régler des commandes à emporter dans un restaurant.

Ticket resto : pourquoi votre commerçant ne prend pas (toujours) la carte