Si Peugeot a récupéré la première place du classement grâce à la 208 II, Renault et sa marque Dacia placent cinq véhicules dans le top 10 des meilleures ventes 2020, dont la voiture électrique Zoé à la 9ème place. La firme au losange remporte par ailleurs le classement du plus grand nombre d'immatriculations en juillet 2020.

Les automobilistes français privilégient les constructeurs tricolores selon les derniers chiffres de vente publiés par le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA). Depuis le mois de janvier 2020, la Peugeot 2008 II (48 583 immatriculations) a été la voiture la plus vendue sur le territoire devant la Clio V (47 556) et la Peugeot 2008 II (33 206). Ce top 10 des meilleures ventes est complété par la Citroën C3 III (29 794), la Dacia Sendero (28 873), la Renault Captur II (28 327), la Renault Twingo III (25 043), la Peugeot 3008 II (24 667) et la Renault Zoé (21 484), seule voiture électrique du classement. Enfin, la Toyota Yaris (20 194), premier véhicule d'un constructeur étranger, ferme la marche. Ces dix modèles représentent 34,4% des ventes réalisées depuis le début de l'année.

Même si la Clio V n'occupe plus la tête de ce classement, Renault est le grand gagnant des constructeurs en ce début d’été malgré des pertes records au premier trimestre. Grâce à une hausse de 33% (Renault et Dacia cumulés) de ses immatriculations, la firme française occupe la première place en juillet du classement des constructeurs. Ces derniers ont écoulé près de 179 000 voitures particulières neuves le mois dernier, en hausse de 3,92% sur un an.

L'effet de la prime à la conversion

Le marché a aussi été porté par la prime à la conversion exceptionnelle dans le cadre du plan de relance du secteur automobile pour aider la filière à écouler ses invendus. Un nouveau dispositif - à la baisse - est instauré depuis ce lundi.

Économisez sur les frais et gagnez jusqu'à 400 € grâce à notre comparatif des assurances vie

Mais en cette année 2020, le marché automobile reste plombé par la crise sanitaire du Covid-19. Avec 894 779 immatriculations depuis janvier, cela représente un plongeon de 33% pour le secteur au regard du premier semestre 2019. La baisse est plus contenue sur le marché du véhicule d’occasion avec une hausse de 13,3% par rapport à juillet 2019 mais tout de même un repli de 12,4% sur les sept premiers mois de l'année 2020.