Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement, a assuré mercredi que l'impôt sur le revenu n'augmenterait pas en 2015 malgré les « mauvais résultats » enregistrés en 2014, et que le gouvernement maintiendrait sa politique, notamment les 50 milliards d'économies prévus.

« En 2015, pas un seul Français ne verra ses impôts sur le revenu augmenter et il y aura une partie importante des Français, notamment des couches moyennes, qui verront leur impôt baisser », a déclaré Jean-Marie Le Guen lors de l'émission « Questions d'Info » LCP-France Info-Le Monde-AFP.

La France va une nouvelle fois repousser, à 2017 au lieu de 2015, son objectif de réduction du déficit public sous la limite européenne de 3% du PIB. Le déficit du PIB s'élèvera à 4,4% cette année, contre 3,8% prévus, et la prévision de croissance pour 2014 a été révisée à la baisse, à 0,4%. « Ces résultats ne sont pas les résultats attendus, ce sont de mauvais résultats », a commenté le secrétaire d'Etat.

Pas de politique d'austérité

« Nous ne changerons pas de politique, nous nous refusons à aller dans l'austérité. Nous appliquons la politique qui est la nôtre, les 50 milliards de diminution de dépense seront mis en œuvre à l'euro près. Mais nous n'irons pas au delà dans une politique qui serait une politique d'austérité. Nous adaptons la question des déficits, en fonction de la capacité et du rythme du retour de la croissance dans notre pays et en zone euro », a-t-il prévenu.

Frais bancaires : jusqu'à 222 € d'économies grâce à notre comparateur

« Il va y avoir une vraie discussion. Aujourd'hui, ce n'est pas encore automatiquement accepté par Bruxelles ». Mais « la zone euro a été mal pilotée depuis 2008 » par la « majorité de droite en Europe » et « les choses sont en train d'évoluer positivement, notamment à la Banque centrale européenne », a argué Jean-Marie Le Guen. Manuel Valls a dit lors du vote confiance en avril dernier que nous souhaitions que l'euro baisse. L'euro a baissé de 8% par rapport au dollar, cela représente 0,4% de croissance dans l'année qui vient », a-t-il affirmé.