L'économiste en chef de la Banque centrale européenne (BCE), Jürgen Stark, a mis en garde lundi contre des risques inflationnistes en hausse en zone euro, assurant que l'institution monétaire agirait "rapidement et de manière décisive" s'il le fallait.

Ces déclarations suggèrent que la BCE pourrait relever ses taux directeurs plus tôt que prévu pour enrayer les pressions inflationnistes en zone euro. « Les taux d'inflation pourraient temporairement augmenter davantage dans les prochains mois et vont probablement rester au-dessus de 2% en 2011, avant de redescendre », a estimé Jürgen Stark lors d'un discours à Francfort. « Je peux vous assurer que nous agirions rapidement et de manière décisive » si l'objectif de stabilité des prix de la BCE à moyen terme était compromis.

La mission première de la BCE est la stabilité des prix en zone euro. Elle vise à moyen terme un taux d'inflation proche mais inférieur à 2%. En janvier, l'inflation en zone euro a atteint 2,4%, après 2,2% en décembre, en raison notamment de la hausse des coûts énergétiques.

« A mes yeux, les risques à moyen terme sur l'évolution des prix en zone euro pourraient augmenter. Nous devons observer de très près ces développements », a déclaré Stark. La BCE prête actuellement des liquidités à volume illimité aux banques de la zone euro au taux généreux de 1%, soit son plus bas niveau historique auquel il stationne depuis mai 2009. « La politique monétaire de la BCE, qui était déjà accommodante, l'est devenue encore plus » au regard de la reprise économique en zone euro, a estimé l'économiste.