Dans une lettre au président de la commission des Finances de l'Assemblée publiée jeudi par Le Parisien, Bernard Tapie estime à "environ 30 et 40 millions d'euros" la somme définitive, après déduction des frais et impôts, qui lui reviendra en règlement du conflit Adidas.

Le président de la commission des Finances, Jérôme Cahuzac (PS), avait indiqué le 14 septembre qu'il allait demander par écrit à Bernard Tapie le montant exact des sommes que l'homme d'affaires a reçues dans le cadre du règlement de l'affaire Adidas.

La révélation, le 8 septembre, par le Canard enchaîné que M. Tapie devrait empocher 210 millions de l'Etat avait déclenché la polémique. La ministre de l'Economie Christine Lagarde avait réfuté le moindre privilège fiscal pour l'homme d'affaires.

Dans sa réponse adressée le 16 septembre à Jérôme Cahuzac, Bernard Tapie écrit que « ce chiffre de 210 millions d'euros n'a évidemment rien à voir avec les sommes définitives qui reviendront à ma femme et moi-même. Je peux évaluer le solde définitif exclusivement lié à l'arbitrage (juridiction privée, qui a reconnu en 2008 le préjudice moral et financier de l'homme d'affaires dans la vente d'Adidas en 1993, ndlr) après frais de liquidation compris entre 60 et 80 millions d'euros. »

Découvrez les meilleures cartes bancaires gratuites grâce à notre comparatif

Il précise qu'il devra acquitter sur cette somme « l'impôt maximum de distribution sur les revenus, soit environ 50%, ce qui diminuera pratiquement de moitié le résultat obtenu, soit environ 30 à 40 millions d'euros ».