Qui a dit que le crime ne paie pas ? Selon les estimations de Cybersecurity Ventures, le coût de la cybercriminalité dans le monde pourrait s'élever à plus de 10 500 milliards de dollars par an d'ici 2025. Pour faire face, le ministère de l'Intérieur vient d'annoncer le lancement de nouveaux dispositifs, parmi lesquels Thesee, une plateforme à destination des victimes d'escroquerie en ligne.

Vous avez été victime d'une arnaque sur internet ? Plus besoin de vous déplacer au commissariat. Depuis le 15 mars, vous pouvez déposer plainte en ligne via Thesee, une plateforme numérique opérée par le ministère de l'Intérieur et qui centralise la plupart des démarches liées à la cyberdélinquance.

Le dispositif, dont la création avait été annoncée dès 2017, était très attendu par le public, mais aussi par les forces de l'ordre, pour qui ce nouvel outil devrait permettre de « faire des rapprochements entre des milliers de victimes et un seul auteur qui aurait le même mode opératoire », explique le capitaine Laurent Collomb au Parisien.

Vos projets au meilleur taux grâce à notre comparatif des prêts conso

Déclaration en ligne

Concrètement, les victimes peuvent désormais remplir un bref questionnaire en ligne, qui les redirige vers le service approprié (dépôt de plainte ou signalement en ligne). Les administrés se connectent ensuite via France Connect, et peuvent alors remplir et signer leur déclaration sur internet.

Une équipe de « 17 policiers et gendarmes, affectés à l'Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l'information et de la communication (OCLCTIC) » s'occupe de valider les plaintes, selon le ministère de l'Intérieur. Au terme de la procédure, la victime reçoit un récépissé, un document indispensable pour réclamer une compensation auprès de votre banque ou de votre assureur.

Carte bancaire et chèque : ces 4 petits gestes qui permettent d'échapper aux arnaques

Au total, 6 types d'escroquerie en ligne sont prises en charge sur Thesee : le piratage de messagerie, le chantage, les fausses petites annonces, les rançongiciels, les arnaques aux sentiments, et les sites de vente frauduleux.

En revanche, le phishing, qui représente pourtant 31% des demandes d'assistance sur la plateforme Cybermalveillance.gouv.fr, n'est pas couvert. Selon leur réponse au questionnaire en ligne, les victimes de phishing seront renvoyées vers le site Phishing-initiative.fr ou vers Perceval, une plateforme de signalement pour les fraudes à la carte bancaire.

Version bêta

En l'espace de quelques jours, plusieurs centaines de plaintes ont déjà été enregistrées sur la plateforme Thesee, (pour « Traitement harmonisé des enquêtes et des signalements de e-escroqueries »).

Le dispositif est encore en bêta. Il devrait prochainement être intégré dans l'application « Ma Sécurité », lancée par le ministère de l'Intérieur le 7 mars dernier, et qui regroupe les services de pré-plainte et de signalement en ligne, des conseils de sécurité et de prévention, ainsi qu'un service de tchat disponible 24h/24.

Blablacar : attention à cette nouvelle arnaque qui cible les utilisateurs de la plateforme

Autre nouveauté à venir : Visioplainte, une solution de dépôt de plainte en visioconférence qui servira majoritairement à traiter les « atteintes aux biens matériels », annonce le ministère de l'Intérieur.