Des changements intervenus ces dernières semaines vont avoir un impact sur le budget des ménages. Ce qu'il faut retenir des différentes annonces.

A chaque 1er du mois, c’est pareil, une série de nouveautés a des conséquences sur le pouvoir d’achat des Français. Le mois d’avril n’y a pas échappé que ce soit en matière d’impôts, d’épargne ou encore de prix de l’énergie. Mais plusieurs évolutions étaient passées jusqu’ici un peu inaperçues.

Le rachat de trimestres

La Caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV) a publié fin mars le barème 2021. Si celui en vigueur depuis 2013 continue à s’appliquer, les montants des tranches de salaires évoluent chaque année en fonction des augmentations du Plafond annuel de la Sécurité sociale (Pass). Ce dernier sert notamment de base de calcul aux cotisations d'assurance retraite, prélevées à la source chaque mois sur vos revenus. Au 1er janvier, ce plafond est de 3 428 euros par mois et de 41 136 euros par an.

Retraite : 2 bonnes et 2 mauvaises nouvelles vous attendent en 2021

En pratique, il est possible d’augmenter sa durée d'assurance pour la retraite, en rachetant jusqu’à 12 trimestres de cotisations, et ce en effectuant des versements au régime général de la Sécurité sociale. Un mécanisme ouvert de 20 à 67 ans et valable pour les années d'études supérieures ou des années incomplètes de cotisations (validées pour moins de 4 trimestres).

Le rachat de trimestre permet, soit de partir plus rapidement à la retraite à taux plein, soit d'éviter une pension trop faible en partant avant l’âge requis. Et le coût varie beaucoup selon l’âge du demandeur, son niveau de revenus, son régime d’affiliation et selon l’option choisie (rachat au titre du taux seul, ou rachat pour le taux et la durée d’assurance). Le barème 2021 publié par la Cnav est composé de 3 tranches de rémunération : la moyenne annuelle des salaires inférieure à 75% du Pass, celle comprise entre 75 et 100% du Pass, et celle supérieure au plafond.

Voir notre éclairage : Rachat de trimestre, comment ça marche ?

Les aides de la CAF augmentées

Ce n’est pas le Pérou : +0,1%, bien inférieure à la hausse des prix qui pourrait atteindre 1% en 2021 selon les projections de la Banque de France. Cette infime hausse des prestations sociales entrée en vigueur au 1er avril sera visible sur les versements à partir du mois de mai. Par exemple, pour une personne vivant seule, le montant de la prime d’activité peut désormais atteindre 553,71 euros par mois contre 553,16 euros en 2020, une hausse de 55 centimes.

Professionnels : les offres en ligne les moins chères pour limiter vos frais bancaires

Concernant le RSA, son montant s’élève désormais à 565,34 euros par mois pour une personne seule. Pour les allocations familiales, versée à partir du deuxième enfant et qui varient en fonction des ressources du foyer, la somme va désormais de 33,02 euros à 66,04 euros ou 132,08 euros par mois. Au sujet de la prime à la naissance, versée à présent au cours du 7e mois de grossesse, ou de la prime à l'adoption, leur montant est respectivement de 948,27 euros et de 1 896,52 euros. Pour l’allocation aux adultes handicapés, le montant maximal est de 903,60 euros. L'allocation d'éducation de l'enfant handicapé s’élève à 132,74 euros par mois pour l’allocation de base et peut être augmentée d’un complément allant de 99,55 à 1 126,41 euros. L'allocation journalière de présence parentale et l’allocation de soutien familial ont elles aussi été revues.

Quant à l’allocation journalière du proche aidant, une nouvelle prestation versée aux personnes qui cessent ou réduisent leur activité pour s’occuper d’un proche en situation de handicap ou de perte d’autonomie, son montant a été fixé à 52,13 euros par jour pour une personne seule ou 43,87 euros par journée et par personne en couple.

Au sujet de l’allocation versée en cas de décès d’un enfant de moins de 25 ans, et survenu depuis le 1er juin 2020, son montant est lui aussi réévalué : de 1 006,04 euros à 2012,04 euros au maximum, selon les ressources des familles.

Nouveau montant pour l’allocation de rentrée scolaire

Versée chaque année en août à plus de 3 millions de ménages, l’ARS aide à assumer les dépenses de la rentrée scolaire pour les enfants de 6 à 18 ans. Elle atteint désormais 370,31 euros pour les enfants de 6 à 10 ans, 390,74 euros pour les 11-14 ans, et 404,28 euros pour les 15-18 ans.