L'intersyndicale de l'assureur Aviva France, en passe d'être cédé par sa maison-mère britannique, a apporté lundi son « entier soutien » à l'offre de reprise déposée par Aéma, fruit du rapprochement des assureurs mutualistes Macif et Aésio.

« Aéma a en effet très bien compris la spécificité d'Aviva France », a indiqué l'intersyndicale dans un communiqué.

Elle a salué la « méthode » du groupe, notamment lors de la fusion entre Macif et Aésio qui s'opère « sans licenciements, en préservant les réseaux de distribution des deux entreprises, les marques et les systèmes informatiques ». « De très bon augure pour l'avenir d'Aviva France », se réjouit l'intersyndicale.

Trois autres projets sont en lice pour racheter l'entreprise, mais ils aboutiraient tous « à l'éclatement d'Aviva France », avance l'intersyndicale.

Parmi eux, un consortium formé par l'assureur allemand Allianz et l'assureur vie installé aux Bermudes Athora Holding, filiale du fonds d'investissement américain Apollo.

L'intersyndicale s'inquiète d'un démantèlement de leur entreprise avec « l'activité d'assurances-dommages » qui reviendrait à Allianz et « l'activité +épargne/vie+ » à Athora, une « société n'ayant pas d'implantation en France à ce jour ».

Deux autres offres sont sur la table, selon l'intersyndicale : celle du fonds d'investissement français Eurazeo, qui « n'aurait pas vocation à s'investir durablement dans le groupe mais viserait simplement une plus-value sur sa revente », et celle de l'italien Generali, qui « ne souhaiterait conserver que l'activité dommages ».

Dans le cas où l'offre retenue ne serait pas celle d'Aéma, « l'intersyndicale se tient prête à agir afin de préserver l'avenir des 4.500 salariés d'Aviva France et des 3.000 salariés employés par les agents généraux, leurs avenirs professionnels étant intimement liés », est-il écrit dans le communiqué.

Jusqu'à 160 € de prime à l'ouverture grâce à notre comparatif de banques en ligne

L'intersyndicale se réserve « la faculté d'user de toute action, notamment juridique, pour que cette cession ne porte pas atteinte aux activités d'Aviva France ».

« Notre objectif est qu'Amanda Blanc (directrice générale du groupe britannique) fasse le bon choix et si elle ne le fait pas, on saurait retarder le chèque », assure une source au sein de l'intersyndicale.

En France, Aviva distribue une vaste gamme de produits d'assurance. En assurance vie, il est le partenaire de l'Association française d'épargne et de retraite (Afer), première fédération d'épargnants dans le pays.

En 2019, Aviva France a réalisé un chiffre d'affaires de 1,39 milliard d'euros en assurances dommages et collecté 6,5 milliards d'euros d'épargne, selon des chiffres publiés sur son site internet.