La prolongation exceptionnelle des droits à l’assurance-chômage pour les chômeurs en fin de droit est désormais fixée à la fin janvier. C'est un mois de plus que prévu à l'origine.

« Pour les demandeurs d’emploi qui arrivent en fin de droit, tout doit être fait pour éviter le risque de bascule dans la précarité... C’est pourquoi j’ai demandé à la ministre du Travail de proposer aux partenaires sociaux (…) de reconduire le dispositif de prolongation exceptionnelle des droits à l’assurance chômage pour les chômeurs qui sont aujourd’hui en fin de droit et ce le temps du confinement », déclarait début novembre le Premier ministre, Jean Castex. C’est ce qui avait amené le gouvernement à prendre un arrêté pour prolonger les droits des demandeurs d'emploi dont les allocations se terminaient entre le 30 octobre 2020 et le 31 décembre 2020. Un nouvel arrêté publié dimanche au Journal Officiel prolonge ce délai au 31 janvier 2021.

Découvrez les meilleures cartes bancaires gratuites grâce à notre comparatif

Cette mesure avait déjà été adoptée pendant le premier confinement qui avait duré trois mois, du 17 mars au 10 mai. Le ministère du Travail avait alors indiqué, fin avril, que la mesure devait concerner « plusieurs centaines de milliers de personnes, dont les intermittents du spectacle ». Elle avait permis pour certains de prolonger leurs droits pendant 3 mois. Au final, d'après l'Unedic, au moins 200 000 chômeurs, hors intermittents, avaient pu en bénéficier pour un coût de 500 millions d'euros en raison du surplus d'allocations versées, selon les chiffres divulgués par Les Echos.

Allocation chômage : le détail de la prolongation des droits