Plan du site Rechercher

Macif : chute de 26% du bénéfice en 2019

  • MoneyVox avec AFP
  • ,
Logo de la Macif
DR

L'assureur niortais Macif a fait état jeudi d'une baisse de 26% de son bénéfice net en 2019, expliquant avoir été freiné par une facture fiscale et des charges de personnel plus élevées ainsi que par des investissements informatiques.

L'an passé, la compagnie a dégagé un bénéfice net de 144 millions d'euros, contre 195 millions un an plus tôt, selon un communiqué. Les primes collectées, c'est-à-dire l'équivalent du chiffre d'affaires, ont quant à elles représenté environ 6,5 milliards d'euros, en progression de 4,5% sur un an grâce au dynamisme de l'activité tant en assurance dommage qu'en santé/prévoyance et en finance/épargne.

Dans le détail, l'année 2019 a été marquée par un gain net de 122 300 nouveaux contrats pour près de 87 000 sociétaires supplémentaires. Pour autant, la marge technique s'est fortement dégradée, sous l'effet d'« une recrudescence des événements climatiques et catastrophes naturelles, qui a conduit à une forte progression de la charge de sinistralité », détaille le groupe.

Celui-ci précise toutefois que ses engagements en réassurance, qui permettent aux assureurs de s'assurer eux-mêmes contre les risques, ont joué leur « rôle d'amortisseur en absorbant significativement l'excédent de sinistralité en 2019 ».

Des frais qui s'envolent

Les frais généraux ont par ailleurs enregistré une progression, conséquence d'investissements informatiques engagés par le groupe et de nouveaux accords sociaux qui se sont traduits entre autres par des charges de personnel et d'intéressement plus importantes qu'en 2018. En outre, la charge d'impôts a également augmenté, de près de 32 millions par rapport à 2018.

En ce qui concerne la solidité financière du groupe, le ratio de solvabilité, indicateur clé au sein du secteur, pointait à 221% au 31 décembre 2019. Le groupe Macif assure ainsi présenter « un bon niveau de solvabilité et de solidité financière lui permettant de faire face à des situations de hausse de la volatilité et à la probable conjoncture économique difficile qui s'annonce ». « En prenant en compte l'impact des conditions économiques et financières dégradées du mois de mars 2020, le taux de couverture du capital requis du Groupe resterait proche de 200% », affirme-t-il.

Partager cet article :
Par la rédaction avec AFP

Reproduction interdite.

https://www.moneyvox.fr/actu/MoneyVox