Impôt à la source : la décision sera prise mardi, selon Muriel Pénicaud

  • MoneyVox avec AFP
  • ,
Muriel Pénicaud en 2016
CC - Flickr / Pierre Metivier

Muriel Pénicaud, ministre du Travail, a assuré dimanche que le président de la République allait « tout vérifier » avant « d'appuyer sur le bouton » du prélèvement de l'impôt à la source, notamment que les Français aient « bien compris » cette réforme.

« Il y a un check up pour vérifier que tout est en ligne, et le président de la République a demandé effectivement de vérifier que tout va fonctionner bien et est bien compris par les Français », a-t-elle affirmé lors de l'émission « Le Grand Jury » RTL/Le Figaro/LCI alors qu'une note publiée dimanche par Le Parisien fait état de défaillances informatiques.

« Tout cela va être vérifié cette semaine, avant d'appuyer sur le bouton rouge il faut être sûr que tout marchera parfaitement et que c'est compris par tout le monde », a assuré Muriel Pénicaud, ajoutant que la décision sur cette « réforme complexe » sera « prise mardi ».

De son côté, Gérald Darmanin (Budget) affirme que « le dispositif technique fonctionne, il est prêt ». « Il (Darmanin) aura le débat avec le président », s'est contenté de répondre Muriel Pénicaud. « Les Français devraient être rassurés qu'il y ait un président qui ne fait pas que des principes, et qui a à la fois une vision et qui s'intéresse aux détails », a-t-elle ajouté, vantant une « vision hélicoptère » qui est « la marque des grands dirigeants ».

« Arrêt sur image »

La réforme est-elle stoppée ? « Non », a-t-elle dit. « Il y a un arrêt sur image avant de dérouler le film ». Mais « il y a le sujet technique et il y a la perception » du prélèvement, a-t-elle concédé. « Il faut être sûr que les Français ont compris, que cela a l'air d'être moins sur la feuille de paie mais en fait vous n'avez pas votre prélèvement qui arrive, donc vous n'avez pas perdu un centime », a-t-elle détaillé.

Dans la même veine, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a elle aussi estimé sur LCI qu'il était « normal dans une réforme de grande envergure de vérifier que tous les voyants sont au vert », expliquant « ne pas comprendre l'émoi que cela provoque ».

Partager cet article :
Par la rédaction avec AFP

Reproduction interdite.