Plan du site Rechercher

Lyf Pay : « Nous sommes plus proches d'Alipay que d'Apple Pay »

Application Lyf Pay
© Lyf Pay

Né d’un rapprochement, il y a bientôt un an, entre BNP Paribas, le Crédit Mutuel et des enseignes de la grande distribution, Lyf Pay ambitionne de devenir le portefeuille électronique préféré des commerçants. Entretien avec son CEO, Christophe Dolique.

Lire aussi : Paiement mobile : BNP Paribas et Crédit Mutuel font alliance dans le paiement mobile

Christophe Dolique, le marché du paiement mobile est en plein développement en France. Qu’y apporte Lyf Pay ?

Christophe Dolique : « Effectivement, le smartphone, qui équipe plus de 80% des consommateurs, modifie leur habitudes de consommation et d’achat. Comment répondre à cette évolution en apportant simplicité et valeur ajoutée ? Notre réponse a été de combiner le paiement avec des services de fidélité et d'animation commerciale. Grâce à Lyf Pay, les commerçants peuvent ainsi simplifier l’encaissement mais aussi dématérialiser leurs cartes de fidélité, leurs coupons promotionnels, leurs tickets de caisse et également interagir avec leurs clients. Cette expérience client intégrée, regroupant l’ensemble des étapes du paiement en seul geste, est notre plus-value. »

Vous ne vous adressez toutefois pas seulement aux commerçants…

« Des cagnottes en ligne prochainement »

C.D. : « Non, notre champ d’action est plus large. L’application s’adresse également aux domaines de l’évènementiel, de l’associatif (étudiant, sportif, etc.) ainsi que celui de la vente directe. Mais aussi aux particuliers, grâce au paiement entre amis et prochainement à la mise à disposition de services de cagnotte en ligne. »

Lyf Pay est déjà accepté dans les magasins Auchan et Casino. Aspirez-vous à devenir la solution de paiement mobile générique des hypermarchés ?

C.D. : « Nous l’espérons, en effet. Nous travaillons de longue date avec la grande distribution et de ce fait, notre plateforme et notre application se sont nourries des besoins et des spécificités de ce secteur. Mais Lyf Pay met également à disposition des plus petits commerçants un ensemble d’outils leur permettant de créer leur propre programme de fidélité et d'animer leur clientèle directement sur leur mobile. . »

Chez Carrefour au 2e semestre

Lyf Pay revendique aujourd’hui 600 000 téléchargements de l’application mobile, et son acceptation dans environ 10 000 points de vente en France, notamment dans les magasins d’Auchan et de Casino. Ce chiffre devrait toutefois progresser prochainement : le wallet va en effet être déployé dans le réseau des magasins Carrefour (3 000 points de vente) à partir du 2e semestre 2018, en commençant par les hypermarchés et les supermarchés.

Côté paiement, pourquoi avoir choisi le QR code plutôt que le sans contact NFC ?

C.D. : « Le QR code [sorte de code-barres en deux dimensions lisible par les smartphones, NDLR] a l’avantage de s’affranchir des spécificités de chaque téléphone, d’être plus universel. C’est aussi une technologie de plus en plus répandue, qui se généralise par exemple pour les billets de spectacles, de train ou d’avion. »

Mais le QR code est-il sûr ?

C.D. : « Oui. Chaque paiement donne lieu à la création d’un QR code unique. Chaque échange est encrypté et les transactions sont confirmées par l’utilisateur qui aura été authentifié via son empreinte digitale, si son téléphone le permet, ou bien par la saisie d’un code PIN dédié. »

Un paiement Lyf Pay coûte-t-il moins cher au commerçant qu’un achat par carte bancaire ?

« Il n’y a pas de magie dans les paiements »

C.D. : « Il n’y a pas de magie dans les paiements : nous facturons au commerçant les coûts associés au paiement, comme pour tout moyen de paiement, sous la forme de commissions. En ce qui concerne la partie animation commerciale, s’ajoutent les services complémentaires dont l’unité d’œuvre peut être le magasin, l’utilisateur ou le service. »

Le marché du paiement mobile compte déjà quelques poids lourds, comme Apple Pay ou Paylib. Vous considérez-vous comme concurrent de ces services ?

C.D. : « Paylib comme Apple Pay sont des solutions qui se focalisent sur la fonction paiement et du reste, Paylib sera prochainement intégré comme un des moyens de paiement sous-jacents, aux côtés des autres moyens de paiement dans l’application. Notre positionnement, en tant que plateforme de services ayant pour but de faciliter et enrichir l’interaction entre les commerçants et leurs clients, nous rapproche plutôt de solutions chinoises comme Alipay ou WeChat. »

Partager cet article :

© cbanque.com / Propos recueillis par VM / Mai 2018

https://www.moneyvox.fr/actu/MoneyVox