L'opérateur boursier Euronext veut mettre la technologie « blockchain » au service des PME par le biais d'une société créée en partenariat avec notamment Société Générale et BNP Paribas Securites Services, selon un communiqué commun publié mardi.

« On se donne six mois pour créer cette société avec son budget et ses équipes propres », a déclaré à l'AFP Anthony Attia, PDG d'Euronext Paris. L'objectif est la mise en place d'une société qui s'appuierait sur la technologie « blockchain » pour faciliter les opérations post-marché dans le financement des petites et moyennes entreprises (PME), c'est-à-dire au moment où il faut concrétiser la transaction, que ce soit sur le coté ou le non-coté.

Utilisation d'un registre virtuel de données

Le blockchain est une technologie qui repose sur l'utilisation d'un registre virtuel de données distribué et partagé entre de multiples parties. Il s'agit de « simplifier la chaîne de traitement et de réduire les coûts et les risques de contre-partie », le délais de règlement-livraison (conclusion de la transaction, ndlr) pouvant par exemple passer de deux jours à zéro grâce à cette technologie, précise M. Attia.

Les actionnaires de la nouvelle société seront « probablement les partenaires qui ont signé » le protocole d'accord, a-t-il par ailleurs ajouté. La Caisse des Dépôts, l'association française des investisseurs institutionnels (AF2I) et le prestataire de service post-marché Euroclear sont également parties prenantes dans le protocole d'accord, avec le soutien de Paris Europlace, l'association de défense de la Place de Paris.

Découvrez les meilleures cartes bancaires gratuites grâce à notre comparatif

La Place de Paris à la pointe sur le « Blockchain »

Arnaud de Bresson, délégué général de Paris Europlace, souligne dans une déclaration transmise à l'AFP que « cette initiative collective hisse la Place de Paris en pool position sur le post-marché Fintech et la blockchain ». M. Attia espère en outre « attirer d'autres acteurs européens » du post-marché, dont des banques, dans le capital de la société, qui sera « un maillon clé de la chaîne de financement par le marché des PME ».