Les mises en chantier de logements neufs semblent amorcer un redressement en France, en n'affichant plus qu'un léger recul de 0,7% à 75.900 de juillet à septembre sur un an, selon les chiffres publiés mercredi par le ministère du Logement.

De leur côté les permis de construire accordés pour des logements neufs ont progressé en revanche de 2,3% à 98.700 sur les mêmes trois mois, une croissance identique à celle affichée fin août. Par type de construction, les mises en chantier de logements ordinaires sont ressorties en baisse de 2,7% à 70.300 unités, toujours sur les trois mois écoulés. Celles des logements en résidence (pour séniors, étudiants ou dédiés au tourisme), un segment de niche qui fluctue davantage, ont bondi de 34,2% à 5.600 unités.

Sur la période de douze mois achevée fin septembre, les mises en chantier demeurent en recul de 1,2% à 349.700. Quant aux permis de construire, ils sont eux aussi restés dans le rouge sur les 12 mois écoulés, avec une baisse de 4,2%, à 368.800.

Une nouvelle méthode de calcul

Le ministère du Logement a dévoilé fin février une nouvelle méthode pour évaluer les logements mis en chantier, qu'il estime plus fiable. Celle-ci a conduit à comptabiliser plusieurs dizaines de milliers de logements supplémentaires par an, ces dernières années.

Découvrez les meilleures cartes bancaires gratuites grâce à notre comparatif

Désormais, le nombre des logements mis en chantier est estimé à l'aide d'un modèle statistique censé délivrer une information en temps réel de la conjoncture et fournir des résultats plus fidèles à la réalité du terrain. Les données collectées sont complétées par des enquêtes annuelles et croisées avec d'autres paramètres (stock de logements invendus des promoteurs, taux d'intérêt, moral des ménages).