Annoncée l’an dernier, la réorganisation de la filiale du Crédit Agricole prend forme. Elle prévoit notamment la fermeture d’agences bancaires, et la suppression de 1.000 postes en France d'ici à 2018.

La réorganisation des activités de LCL, annoncée l'an dernier et pour laquelle la banque a investi 200 millions d’euros, se précise. La direction de la filiale du Crédit Agricole, interrogée par Ouest-France, déclare devoir « s’adapter aux nouveaux comportements de nos clients qui viennent de moins en moins dans nos agences et qui utilisent Internet ou le téléphone ».

Conséquence : des agences bancaires en zone rurale seront fermées, tandis que d’autres seront ouvertes en zone urbaine. « On déserte des territoires au profit des centres urbains où la banque concentrera demain ses moyens notamment Paris, Lyon et Marseille », témoigne Sylviana Lamour, secrétaire générale CFDT de la branche bancaire en Loire-Atlantique, dans les colonnes du journal régional.

Investissez dans les PME françaises - 9 plateformes comparées

Si aucun licenciement sec n’est prévu, la banque prévoit tout de même de supprimer près de 1.000 postes d’ici à 2018.