Axa a généré un chiffre d'affaires de 69,6 milliards d'euros sur les neuf premiers mois de l'année, un résultat stable par rapport à la même période en 2013 selon un communiqué publié jeudi. La tendance est toutefois légèrement baissière sur le segment épargne, retraite et assurance-vie.

Le groupe d'assurances, pénalisé par un effet de change défavorable en raison du niveau de l'euro, a vu ses revenus être tirés par le segment du dommages. A taux de change constants, sa croissance a atteint 2%. Axa n'a en revanche pas divulgué son chiffre d'affaires pour le seul troisième trimestre.

« Les indicateurs d'activité continuent de refléter la pertinence de notre plan stratégique Ambition Axa et la solidité de notre bilan », s'est félicité le directeur financier, Gérald Harlin, lors d'une conférence téléphonique.

+4% pour l'assurance-vie en unités de compte

Dans le détail, en assurance-vie, épargne et retraite, le chiffre d'affaires a reculé de 1% à 41,1 milliards d'euros sur les trois premiers trimestres. Conformément à la stratégie du groupe, la prévoyance et la santé ont connu une hausse de 1% des affaires nouvelles, une progression qui atteint 4% pour l'assurance-vie en unités de compte.

Dans le même temps, Axa a réussi à améliorer sa marge sur les affaires nouvelles, passée de 33% à 34%, grâce notamment aux unités de compte (de 26% à 29%) et aux marchés émergents (de 47% à 50%). En France, premier marché du groupe, les ventes du segment ressortent en hausse de 11% et la collecte nette à 1,6 milliards d'euros.

Frais bancaires : jusqu'à 259 € d'économies grâce à notre comparateur

En dommages, les revenus ont augmenté de 3% à 23,2 milliards d'euros, tirés par tous les marchés, les pays matures (+3%), à forte croissance (+2%) et l'assurance directe (+6%). Les tarifs ont globalement augmenté de 1,9% de janvier à septembre, tant grâce aux particuliers (+1,7%) qu'aux entreprises (+2,3%).

-8% en matière de gestion d'actifs

En matière de gestion d'actifs, le chiffre d'affaires a baissé de 8%, à 2,4 milliards d'euros, mais ressort en progression de 3% en comparable. Cette évolution négative tient au fait que l'activité de ce segment est essentiellement réalisée en dollars, via la filiale américaine AllianceBernstein.

Du point de vue des changes, Gérald Harlin a relevé que la baisse de l'euro survenue au cours des dernières semaines était « une bonne nouvelle pour Axa qui se traduira par le renforcement de son bilan ». La collecte nette de la gestion d'actifs s'est élevée à 16,3 milliards d'euros, essentiellement grâce à AXA Investment Managers (12,2 milliards). Pour l'ensemble du groupe, le ratio de solvabilité (fonds propres rapportés aux exigences minimales du régulateur) atteignait 265% au 30 septembre, un niveau très élevé.