La migration vers le système de paiement européen Sepa est pratiquement achevée, à quelques jours de la date-butoir du 1er août, ont annoncé jeudi la Banque de France et la Fédération bancaire française.

Fin juin, près de 95% des émetteurs de virements et 90% des émetteurs de prélèvements avaient terminé ou étaient sur le point d'achever leur migration, ont-elles ajouté dans un communiqué. « (...) près de 97,4% des virements et 97% des prélèvements domestiques français échangés sur les systèmes de paiement européens étaient conformes aux exigences SEPA », précise également la FBF.

Le passage à la norme Sepa vise à harmoniser les moyens de paiement à l'intérieur de l'Union européenne. Celle-ci permet notamment de raccourcir les délais des virements bancaires en Europe (à J+1) et de mieux protéger les débiteurs lors des prélèvements. Les retardataires s'exposent au risque de voir leurs ordres de paiement, le versement des salaires par exemple, être rejetés après le 1er août.

Frais bancaires : jusqu'à 220 € d'économies grâce à notre comparateur

Initialement, la transition devait s'effectuer avant le 1er février. Mais, face aux retards pris dans certains pays, Bruxelles avait décidé d'accorder six mois de plus pour que la migration se réalise.