Le commissaire européen chargé des Services financiers, Michel Barnier, a dit espérer lundi que les Européens parviennent à un accord concernant le nouveau cadre réglementaire du secteur bancaire, dit de Bâle III, « dans les jours qui viennent ».

« Nous sommes dans la dernière ligne droite pour obtenir un accord sur les règles de Bâle », a déclaré Michel Barnier sur iTélé. « Je pense que nous allons aboutir à un accord dans les jours qui viennent », a-t-il ajouté. Alors que les règles de Bâle III devaient initialement entrer en vigueur progressivement à partir du 1er janvier, les Européens n'avaient pas réussi en 2012 à trouver un accord, leurs divergences portant notamment sur le montant des bonus des banquiers.

Le nouveau cadre réglementaire dit Bâle III, élaboré à marche forcée après la crise financière, vise principalement à renforcer les fonds propres des banques de même que leurs réserves de liquidités pour limiter les risques de défaillance. Aux Etats-Unis aussi, ce nouveau cadre réglementaire n'est pour l'heure pas appliqué, comme l'avaient annoncé les autorités de supervision américaines à l'automne.

Professionnels : les offres en ligne les moins chères pour limiter vos frais bancaires

Michel Barnier avait alors pris l'initiative d'écrire au président de la Banque centrale américaine (Fed), Ben Bernanke, pour lui demander des éclaircissements. « Il m'a répondu il y a quelques jours qu'ils étaient déterminés à appliquer les règles de Bâle, non pas à 8.000 banques comme chez nous mais à 30 banques, ce qui est une différence », a souligné le commissaire européen lundi. Il a également révélé que M. Bernanke avait évoqué un « délai technique » avant l'application de ces règles, en ajoutant toutefois que le président de la Fed n'avait pas précisé l'ampleur de ce délai.