La Capeb (Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment) a mis en garde mardi contre le risque d'une suppression de près de 40.000 emplois d'ici 2014 dans ce secteur, à la suite notamment du relèvement du taux de TVA le concernant.

« Tout le monde connaît l'adage : +Quand le bâtiment va, tout va+. Là, ça ne va plus du tout. Le bâtiment souffre de la crise. Le risque ? Un effet boule de neige qui impacterait toute l'économie », affirme Patrick Liébus, le président de la Capeb, cité dans un communiqué. Pour M. Liébus, « avec le doublement du taux de TVA en deux ans (de 2012 à 2014, ndlr), l'artisanat du bâtiment accuse un nouveau coup dur alors que les perspectives pour les prochaines années étaient déjà particulièrement mauvaises ». L'année 2012 se soldera par une baisse d'activité de 1%.

Les prévisions pour 2013 annoncent une baisse d'activité comprise entre 2,5% et 3%.La CAPEB prévoit donc la perte de 20.000 emplois dans le bâtiment en 2013 et de 16.000 à 18.000 emplois dans la filière en 2014, à la suite de la décision d'un relèvement du taux de TVA à 10% en 2014 pour les travaux de rénovation. « Ce relèvement, décidé sans aucune concertation avec la filière du bâtiment, aura un lourd impact sur l'activité : une baisse de près de 2% est envisagée rien que pour 2014. Autre conséquence : l'écart se creuse entre les régimes des artisans du bâtiment et des auto-entrepreneurs, qui bénéficient toujours de la franchise de TVA », affirme la Capeb. Aussi la Capeb, comme la Fédération française du bâtiment (FFB), demandent au gouvernement « de retirer le bâtiment du champ d'activité des auto-entrepreneurs ».

Économisez jusqu'à 50% sur votre assurance emprunteur

La confédération, qui annonce qu'elle sera reçue à Matignon le 23 novembre avec les autres acteurs de la filière du bâtiment, indique qu'elle présentera 12 mesures qui doivent être « rapidement mises en œuvre car les effets de la crise se font déjà sentir ». Parmi elles figurent un maintien du taux de TVA à 7% et un retour du prêt à taux zéro (PTZ+) dans l'ancien sous condition de la réalisation de travaux de performance énergétique.