Le ministère du Logement confirme la brutale décélération du secteur de la construction neuve : les mises en chantier de nouveaux logements ont progressé de seulement 2,7% sur un an en France pour la période allant de décembre 2011 à février 2012. Le nombre de permis de construire pour ces mêmes logements n'a pour sa part augmenté que de 8,5% sur la même période.

Le mois dernier, les précédents chiffres publiés faisaient encore état d'une hausse de 26,6% des mises en chantier et de 20,6% des permis de construire entre novembre et janvier. Les mises en chantier avaient toutefois plongé sur le premier mois de l'année, par rapport à fin 2011, retombant au niveau très bas de janvier 2010.

Pendant la période comprise entre décembre 2011 et février 2012, le nombre de mises en chantier de logements neufs s'est élevé à 98.917. Au cours de l'année écoulée,  de mars 2011 à février 2012, il est en augmentation de 9,3% par rapport aux douze mois précédents, avec 367.331 logements commencés, alors que le rythme de progression était encore de 19,7% fin janvier. Le nombre de permis de construire, qui a atteint 117.115 unités entre décembre et février, affiche sur les douze mois considérés une progression de 12,6% à 464.651 unités, contre une hausse de 15,1% fin janvier.

Crédit auto : trouvez le meilleur prêt pour votre voiture !

Le repli du Scellier en cause

En 2012, pour sa dernière année, le taux du « Scellier », pour les investisseurs achetant des logements neufs pour les louer, a été de nouveau « raboté » à un taux de 13% (contre 22% en 2011), ce qui a incité de nombreux promoteurs, au vu aussi de la conjoncture économique, à fortement ralentir le lancement de nouveaux programmes et le dépôt de permis de construire.