La ministre de l'Economie Christine Lagarde a annoncé avoir saisi le Trésor et la DGCCRF afin qu'ils vérifient que la hausse annoncée des tarifs d'assurance automobile et habitation est bien due à une augmentation du nombre et du coût des sinistres.

Tous les grands assureurs qui ont déjà communiqué sur leurs tarifs 2011 annoncent une hausse de 2,5% au moins en automobile, de 3,5% en habitation et de 5% en santé. « Les experts nous disent (que la) sinistralité (est en) augmentation importante au cours des derniers mois », a déclaré Christine Lagarde à l'Assemblé nationale, lors de la séance des questions au gouvernement, mentionnant notamment la tempête Xynthia, dont le coût s'est élevé à 1,6 milliard d'euros pour les assureurs, ainsi que les orages de grêle dans le Doubs.

Souhaitant « en avoir le coeur net », la ministre a missionné la direction du Trésor et la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) « pour examiner la réalité du lien entre cette sinistralité et l'augmentation des primes » annoncée.

Frais bancaires : jusqu'à 223 € d'économies grâce à notre comparateur

Faire jouer la concurrence

Par ailleurs, Christine Lagarde a rappelé que la loi Chatel, adoptée début 2005, impose aux assureurs d'informer les assurés sur la reconduction tacite de leur contrat au moins quinze jours avant l'échéance. Informés, les assurés ont ainsi la possibilité de « faire jouer la concurrence », a souligné la ministre. Souhaitant néanmoins s'assurer que « cette loi s'applique », elle a demandé au président du Comité consultatif du secteur financier (CCSF), Emmanuel Constans, de le réunir pour étudier la question. Il devra remettre un rapport sur le sujet fin février.