Le montant de la prime de Noël versée traditionnellement à la mi-décembre va-t-il être revalorisé alors que la hausse des prix sera supérieure à 5% en 2022 ? Le gouvernement va-t-il élargir le nombre de bénéficiaires ? Elements de réponse à environ un mois du probable versement de cette aide exceptionnelle ?

C'est un coup de pouce particulièrement attendu. L'an dernier, 2,3 millions de foyers aux revenus modestes avaient pu toucher à la mi-décembre l'« aide exceptionnelle de fin d'année », rebaptisée prime de Noël. D'un montant minimum de 152,45 euros, elle est versée, par la Caisse d'allocations familiale (CAF) et la Mutualité sociale agricole (MSA), aux bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA), de l'allocation équivalent retraite (AER) ou encore de l'allocation de solidarité spécifique (ASS).

Mais avec la forte hausse des prix qui va atteindre 5,2% sur l'ensemble de l'année 2022, selon les dernières estimations de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), cette aide créée en 1998, et reconduite de manière systématiquement chaque année, sera-t-elle revalorisée ? Interrogé lundi, à ce sujet, par MoneyVox, le ministère des Solidarités n'a pas encore répondu à notre sollicitation.

Prime de Noël (montants reconduits chaque année)
Qui ?Combien ?
Pour les bénéficiaires du RSA (prime versée par la CAF)
Personne isolée152,45 €
2 personnes
(couple sans enfant ou parent isolé avec 1 enfant)
228,67 €
3 personnes
(parent isolé avec 2 enfants ou couple avec 1 enfant)
274,41 €
4 personnes
(parent isolé avec 3 enfants)
335,39 €
4 personnes
(couple avec 2 enfants)
320,14 €
5 personnes
(parent isolé avec 4 enfants)
396,37 €
5 personnes
(couple avec 3 enfants)
381,12 €
6 personnes
(parent isolé avec 5 enfants)
457,35 €
6 personnes
(couple avec 4 enfants)
442,10 €
Par personne supplémentaire+ 60,98 €
Pour les bénéficiaires ASS ou AER (prime versée par Pôle Emploi)
Pour tous (montant unique)152,45 €

Une aide qui ne bouge pas ou presque

Il faut noter que le montant de cette aide ne bouge pas depuis sa mise en place. Une seule exception en 2008 où elle avait été portée à 220 euros par le gouvernement de François Fillon pour « compenser le retard » sur l'inflation qui avait atteint 2,8% cette année-là. Or aujourd'hui, l'inflation est presque deux fois plus élevée.

Découvrez les meilleures cartes bancaires gratuites grâce à notre comparatif

Dans ce contexte, la CFDT fait savoir auprès du site Merci pour l'info « qu'il serait logique que la prime de Noël soit revalorisée en tenant compte du niveau de l'inflation ». Pour sa part, la CGT réclame une « revalorisation à 500 euros et son versement à l'ensemble des personnes privées d'emploi ». Le périmètre de cette aide pose en effet question. Plusieurs lecteurs de MoneyVox percevant l'allocation aux adultes handicapés (AAH) s'étonnent par exemple de ne pas être éligible à la prime de Noël.

Le gouvernement devrait préciser très prochainement (début décembre, comme à l'accoutumée ?) les modalités d'attribution de cette aide exceptionnelle qui en théorie n'est pas systématique. Sauf que dans les faits, elle est bien activée chaque année depuis 1998. D'ailleurs, la loi de finances 2022 a déjà budgété 508,9 millions d'euros pour cette prime de fin d'année avec « une hypothèse de 2,43 millions de bénéficiaires » pour un montant moyen de 209 euros par ménage.

Mais, en pratique, rien n'empêche l'exécutif d'aller au-delà afin de revaloriser la prime de Noël comme plusieurs aides sociales l'ont été au cours de cette année.

Des économies sur les frais bancaires : découvrez le classement des banques les moins chères