La banque autrichienne Erste Group a annoncé lundi un bénéfice net en essor de 22% au deuxième trimestre 2022, sur fond de hausse des taux d'intérêt par les banques centrales pour tenter d'endiguer l'inflation.

Il s'est ainsi élevé à 688,2 millions d'euros sur la période d'avril à juin, contre 562,9 millions un an plus tôt, pour des recettes en augmentation de 7,6%, à 2,1 milliards d'euros.

Dans un communiqué, le groupe évoque l'effet positif « des hausses de taux en dehors de la zone euro - en particulier en République tchèque, en Hongrie et en Roumanie, ainsi qu'une croissance significative des prêts sur l'ensemble des marchés ».

16 millions de clients

Malgré les incertitudes liées à la guerre en Ukraine, Erste Group mise sur la poursuite de cette tendance positive sur le reste de l'année, d'autant que la BCE vient elle aussi de rejoindre la course au relèvement des taux pour combattre l'inflation.

Face à ces « perspectives économiques qui restent pour l'heure favorables », le coût du risque –c'est-à-dire les provisions passées pour faire face à d'éventuels défauts de remboursement des clients emprunteurs– « devrait rester faible en 2022 », estime la banque de détail.

Les provisions avaient commencé à baisser l'année dernière grâce à la reprise économique, après le choc de la pandémie de Covid-19.

Néobanques : les offres les moins chères pour maîtriser votre budget

Fort de 16 millions de clients et quelque 44.700 salariés, Erste Group est implantée en République tchèque, Slovaquie, Hongrie, Roumanie, Croatie, Serbie et Autriche.

Elle affiche une solvabilité robuste avec un ratio de fonds propres « durs » à 14,2% (CET1, des capitaux destinés à parer à d'éventuels chocs).

« Le développement de l'invasion russe en Ukraine n'a pas d'impact direct sur Erste Group, qui n'est présent dans aucun des deux pays », souligne la banque, qui met toutefois en garde contre des « conséquences indirectes comme la volatilité des marchés ou l'impact des sanctions sur certains clients ».