Un accord est en vue entre l'exécutif et les Républicains sur le carburant dans le cadre des mesures en faveur du pouvoir d'achat examinées à l'Assemblée, même si des changements pourraient encore intervenir sur son contenu, a appris l'AFP mardi de sources gouvernementales concordantes.

« Il y a des discussions mais ce n'est pas totalement fait », indique-t-on de source gouvernementale. « Un accord va se faire avec LR » mais il y a encore des changements « toutes les deux heures », selon une autre source au sein de l'exécutif, .

L'idée serait de prolonger la ristourne actuelle de 18 centimes sur le litre de carburant en l'augmentant un peu mais en renonçant à l'indemnité carburant pour les travailleurs modestes et les gros rouleurs qui peut atteindre 300 euros. Les entreprises pourraient aussi aider les salariés « en relais de la ristourne », avance une des sources.

Le niveau de la ristourne en débat

Le gouvernement, qui ne dispose que d'une majorité relative au Parlement, est en quête de compromis sur ces mesures très attendues. Les dispositions sur le carburant figurent dans le projet de loi de finances rectificative, associé au projet de loi pouvoir d'achat. Les discussions portent notamment sur le niveau de la ristourne, sachant que le gouvernement ne veut « pas sortir du cadre budgétaire » fixé.

L'exécutif entend également s'assurer que cet accord convienne à l'ensemble du groupe LR à l'Assemblée, ainsi qu'au Sénat à majorité de droite. Les discussions se font désormais « au niveau de la Première ministre » Elisabeth Borne, précisent ces deux sources.

La députée LR Véronique Louwagie a affirmé à l'AFP que LR avait un « désaccord sur une mesure ciblée » (l'indemnité gros rouleurs) et demandait « une mesure générale de soutien », soit une « remise qui dépasserait le seuil retenu de 18 centimes en septembre, 12 centimes en octobre, 6 centimes en novembre et 0 en décembre ».

Néobanques : les offres les moins chères pour maîtriser votre budget

40 centimes de ristourne ?

Véronique Louwagie a déposé un amendement en ce sens « avec une demande de soutien de 40 centimes » mais « les discussions ont évolué et se poursuivent sur une base de 30 centimes dès septembre, avec une dégressivité jusqu'au 31 décembre ».

Selon un autre député LR, « les discussions se poursuivent » et avancent. La majorité ne renoncerait « pas vraiment » à l'indemnité carburant, mais ça « prendrait une autre forme ».

Le gouvernement a déjà prolongé la ristourne sur les carburants jusqu'à la fin de l'été et devait ensuite la remplacer progressivement par une indemnité carburant pour les travailleurs à revenus modestes et les gros rouleurs. Cette indemnité gros rouleurs devait être mise en place à compter du 1er octobre.