7%, ou presque. L'indice des prix à la consommation mesuré chaque mois par l'Insee risque fort de virer au rouge au fil de l'été. Va-t-il franchir la barre symbolique des 7% à la fin de l'été, alors qu'il vient de dépasser les 5% en mai ? Suspense. L'Insee anticipe une inflation de 6,8% dès le mois de septembre.

Le thermomètre des prix à la consommation s'affole. 2,9% en janvier dernier, ce qui était déjà beaucoup au regard de l'historique des dernières années, la hausse étant alors à mettre sur le dos de la pandémie de Covid-19. Puis 3,6% en février. Et 4,5% en mars, le déclenchement de la guerre en Ukraine ayant clairement accéléré l'envolée des prix déjà amorcée. Depuis, les records tombent : 4,8% en avril, 5,2% en mai, et probablement 5,9% en juin 2022 selon la prévision livrée ce vendredi par l'Insee dans sa note de conjoncture trimestrielle.

Cette mesure mensuelle de l'inflation compare les prix sur 12 mois, autrement dit schématiquement les prix de juin 2022 par rapport à ceux de juin 2021. En un an, l'ensemble des prix à la consommation en France ont augmenté de près de 6%. Les archives de cet IPC mis à jour chaque mois (plus précisément on parle de « glissement annuel ») remontent à 1990. Or jamais cette inflation glissante n'avait dépassée les 5% en plus de 30 ans d'archives !

« Un peu moins de 7% en septembre »

Et ce n'est pas fini : « Au cours des six prochains mois, l'inflation continuerait tout d'abord d'augmenter, atteignant 5,9% sur un an en juin puis un peu moins de 7% en septembre, avant de se stabiliser globalement entre 6,5% et 7% en fin d'année », lit-on dans la note de l'Insee. Plus précisément, l'Insee anticipe à ce stade une inflation atteignant son « pic » à 6,8% en septembre 2022, pour rester à 6,8% environ jusqu'à la fin de l'année.

Mais attention : face à un contexte économique et politique incertain, l'Insee souligne qu'il s'agit de « prévisions conditionnelles » se basent sur la conjoncture actuelle, d'autres événements pouvant encore chambouler ces estimations. « On s'oriente vers une stabilisation de l'inflation à partir du mois de septembre », confirme Olivier Simon, chef de la division synthèse conjoncturelle de l'Insee, lors d'un point presse.

Néobanques : les offres les moins chères pour maîtriser votre budget

Sur l'ensemble de l'année 2022 : +5,5% d'inflation par rapport à 2021

L'année 2022 ayant vu l'inflation grimper au fil des mois, l'Insee prévoit en cette fin de premier semestre une hausse des prix sur l'ensemble de l'année de 5,5%, contre 1,6% en 2021. Là encore, pour retrouver une inflation annuelle aussi élevée, il faut remonter loin dans les archives : « 1985, pour trouver trace d'une inflation annuelle supérieure à 5% », ajoute Olivier Simon. En 1985, époque où les Français payaient évidemment en francs, l'inflation atteignait 5,8%. L'année 2022 restera bel et bien comme celle du coup de chaud sur les prix.

Retraite, loyer, RSA, APL... Les effets pervers des revalorisations indexées sur l'inflation