En vigueur depuis un an, la réforme du calcul des APL de la Caisse d'allocations familiales a entraîné de nombreux effets négatifs pour les allocataires. Parmi eux : le délai rallongé de traitement des dossiers, les baisses du montant des APL ou encore le non-versement de certaines prestations sociales.

Entrée en vigueur en 2021, la réforme du calcul des Aides personnalisées au logement (APL) de la Caisse d'allocations familiales (CAF) était censée faciliter les procédures. Elle semble les avoir entravées. Selon le site spécialisé Dossier Familial, de nombreux allocataires se plaignent de dysfonctionnements observés depuis plus d'un an.

Retard dans le paiement des allocations logement, baisse de leur montant, non-versement dans les temps de certaines prestations comme le revenu de solidarité active (RSA) ou l'allocation aux adultes handicapés (AAH), etc. Selon nos confrères de L'Indépendant, nul doute : c'est bien la réforme qui est en cause.

D'après la direction de la Caisse Nationale des allocations familliales, interrogée par franceinfo, le délai moyen de traitement des prestations est de 16 jours et demi actuellement en France. Mais dans les grandes agglomérations, les délais sont parfois plus longs. D'après Guillaume Danard de la CFDT Sécurité Sociale, 2,5 millions de pièces étaient en attente de traitement fin 2020. Désormais, elles seraient 5 millions !

« C'est du jamais vu »

« C'est du jamais vu sur une période aussi longue puisqu'on a entre 4 et 5,5 millions de pièces en attente de traitement depuis 18 mois. Par exemple, il y a déjà eu des pics au moment de la création de la prime d'activité en janvier 2019. Cela a duré quelques mois, puis la situation s'est résorbée, on est revenu sur des délais de traitement classique », explique-t-il à franceinfo.

Prime d'activité : un bonus moyen de 185 euros par mois

Néobanques : les offres les moins chères pour maîtriser votre budget

Un bug informatique

En prévoyant l'ajustement en temps réel des derniers revenus et le puisement à la source des données sur les revenus des allocataires, dès lors dispensés de déclarations trimestrielles, cette réforme des APL devait permettre de gagner du temps tout en faisant économiser à l'État plus d'un milliard d'euros de budget par an.

Mais voilà, l'opération pilotée par le cabinet de conseil McKinsey pour un montant de 3,88 millions d'euros a entraîné un bug informatique qui se répercute sur les usagers et les agents, rapporte Dossier Familial. Selon ce dernier, la CAF est toutefois tenue de verser le mois suivant tout rappel des allocations impayées, à condition que le dossier concerné soit en règle. En cas de non-versement, nos confrères recommandent d'appeler directement la CAF au 32 30.

APL, alloc', RSA... Découvrez toutes les aides sociales auxquelles vous avez droit