Alors que le plafond des titres-restaurant pourrait revenir à 19 euros au lieu des 38 euros actuels, six restaurateurs sur dix plaident pour que le gouvernement prolonge la mesure prise en raison de la crise sanitaire. Toutefois, les professionnels estiment que le niveau des commissions prélevées par les émetteurs est trop important.

Compte tenu de la crise sanitaire, le gouvernement avait relevé le plafond journalier des titres-restaurant. Celui-ci était passé en juin 2020 de 19 euros à 38 euros. Il s'agissait de soutenir les restaurateurs durement touchés par la situation. Cette mesure devrait prendre fin le 28 février prochain. Or, une majorité de restaurateurs souhaite la voir prolongée. Ainsi, 60% d'entre eux veulent le maintien du plafond des titres-restaurant à 38 euros, selon une enquête Viavoice pour Worklife (1) relayée par BFM TV, jeudi 17 février.

Une mesure qui ne fait toutefois pas l'unanimité

Le gouvernement pourrait décider de prolonger la mesure, comme il l'a déjà fait en août 2021, autorisant les détenteurs de titres-restaurant à dépenser 38 euros quotidiennement pour leur repas. Toutefois, l'enquête fait apparaître que seulement 53% des sondés estiment que le relèvement du plafond est une bonne mesure. 22% pensent de leur côté que la mesure est insuffisante et ils sont un peu plus à trouver qu'il s'agit d'une mauvaise idée (25%).

Néobanques : les offres les moins chères pour maîtriser votre budget

Des commissions trop importantes

Pourquoi la mesure ne fait pas l'unanimité ? 78% des professionnels estiment que l'augmentation du plafond à 38 euros est une mesure inadaptée, pointant le manque de rentabilité de ce mode de paiement, précise BFM TV. Les commissions perçues par les émetteurs de titres-restaurant sont mal vues par les restaurateurs. C'est pourquoi ils estiment à 70% que la mesure avantage surtout ces émetteurs et ils sont 97% à juger que les commissions sont trop élevées. Enfin, près d'un restaurateur sur deux (48%) précise que l'affiliation aux titres-restaurant est une décision prise pour fidéliser la clientèle.

Ticket restaurant : que peut-on vraiment payer avec ? (et 10 autres questions)

(1) Sondage réalisé du 7 au 10 février 2022 auprès de 1053 restaurateurs affiliés à la Commission nationale des titres restaurant