Le monde HLM français, qui a plutôt bien résisté à la crise, peut maintenir un bon rythme de construction de logements sociaux si les conditions sont réunies, et poursuivre les travaux de rénovation engagés.

« Le secteur du logement social s'est montré jusqu'à présent résilient face à la crise sanitaire, qu'il a abordée dans une situation financière solide fin 2019 », écrivent les auteurs du rapport annuel de la Banque des Territoires , financier de référence du logement social et métier de la Caisse des Dépôts. La publication de ces « perspectives » précède de quelques jours le grand congrès HLM prévu du 28 au 30 septembre à Bordeaux.

La Banque des Territoires prévoit « un retour progressif au niveau d'activité pré-crise d'ici courant 2023 » et estime que « les bailleurs sociaux seraient en mesure de participer à la relance, grâce à une situation financière initiale saine, au niveau bas des taux d'intérêt (...) et à leurs revenus issus des loyers peu affectés par la crise ».

Un rebond d'ici 2 ou 3 ans

Dans ses projections, la Banque des Territoires table sur un « rebond » des constructions de logements d'ici deux ou trois ans, après une année 2020 « difficile » dans le contexte du Covid, a expliqué à l'AFP Kosta Kastrinidis, directeur des prêts. Puis sur « un rythme de 100.000 logements annuels », à la fois cohérent avec les attentes en termes de politiques publiques et avec une analyse de la demande, a-t-il ajouté. Il y a tout de même des incertitudes, prévient-il : la disponibilité du foncier, « l'envie politique » au niveau local, mais aussi actuellement la hausse des coûts des matières premières.

Le logement social représente un quart des constructions annuelles de logement en France « les bonnes années », rappelle M. Kastrinidis.

Néobanques : les offres les moins chères pour maîtriser votre budget

L'éradication des passoires thermiques en bonne voie

L'édition 2021 de l'étude fait aussi un point sur la politique de rénovation thermique et notamment l'impact de l'éco-prêt, dispositif qui permet de financer la réhabilitation des « passoires thermiques », et les conclusions sont « assez positives », s'est félicité M. Kastrinidis. « Il n'y a quasiment plus aucun logement énergivore dans le parc HLM, en tout cas les étiquettes F et G sont quasiment éradiquées », assure-t-il. Entre 2009 et fin 2020, quelque 425.000 logements ont ainsi été réhabilités grâce à l'éco-prêt.

« Au-delà de la rénovation thermique, maintenant il y a aussi la décarbonation des bâtiments, on continue donc à adapter notre produit d'éco-prêt pour venir en appui des nouvelles exigences environnementales, notamment du zéro carbone », a souligné Kosta Kastrinidis.