Des abonnés de Free sont victimes d’escrocs qui se font passer pour le service client de l’opérateur en leur faisant miroiter une baisse de prix conséquente. A l’arrivée, rien de tel, mais un nouveau prélèvement mensuel de 11,90 euros pour la souscription d’un service anti-démarchage baptisé Infotel.

Si vous êtes chez Free, méfiez-vous ! Des escrocs se font passer pour le service client de l’opérateur en essayant de vous proposer un nouveau service. Pour appâter les victimes, ils annoncent d’abord que l’abonnement passera de 39,99 euros à 26,89 euros, explique l’UFC-Que Choisir qui dévoile les détails de cette nouvelle arnaque. Plus de 13 euros d’économie avec en plus l’ajout d’un nouveau service baptisé Infotel : « la proposition semble intéressante », souligne l’association de défense des consommateurs. Destiné à lutter contre le démarchage téléphonique, Infotel est normalement facturé 11,90 euros par mois.

11,90 euros par mois pour rien

Sauf qu'il s'agit d'une fausse bonne affaire. En fait, les voyous réclament l’adresse mail, la date de naissance et le RIB, des informations dont disposent déjà le service client. Leur objectif est de « recueillir la signature électronique du démarché afin de lui faire souscrire une obscure offre d’assistance juridique du service Infotel qui sera facturé 11,90 euros par mois. Bien entendu, aucune baisse du tarif mensuel de Free n’accompagnera ce nouvel abonnement totalement inutile », explique l’UFC.

Néobanques : les offres les moins chères pour maîtriser votre budget

Selon l’association, les démarcheurs qui disposent des coordonnées et du nom du fournisseur d’accès Internet des personnes contactées ont dû récupérer ces informations en achetant des fichiers clients ou en les volant sur le dark web. « En ce qui concerne Infotel, toutes les recherches aboutissent à des commentaires négatifs et des mises en garde. Et la société Infotel n’a aucun lien avec Free. Si vous avez signé le contrat, vous avez la possibilité de vous rétracter et de bloquer les prélèvements auprès de votre banque », rappelle l’UFC.