Les recettes de TVA et d'impôt sur le revenu engrangées depuis le début de l'année sont supérieures aux prévisions du gouvernement et donnent « de bonnes raisons d'espérer » un rebond « très rapide » de l'économie, a indiqué jeudi le ministre des Comptes publics Olivier Dussopt.

Au premier trimestre, « les recettes de l'impôt sur le revenu sont un peu supérieures à ce que nous prévoyions. Elles ne reviennent pas encore à leur niveau de début 2020 et fin 2019, mais elles sont un peu supérieures à ce que nous croyions, de 500 millions d'euros » a affirmé le ministre sur Radio J. Ces recettes s'élèvent ainsi à 15,1 milliards d'euros à fin mars, a précisé Bercy. « Ça signifie que la masse salariale et le niveau de revenu des Français résistent bien », a-t-il défendu.

En matière de TVA, « en janvier et février, nous sommes à 500 ou 600 millions d'euros près (...) à un niveau presque identique à celui de début 2020, avant la crise », a indiqué Olivier Dussopt. En janvier, l'Etat a perçu 19,4 milliards d'euros, contre 19,5 milliards sur le même mois de 2020. Et en février, les recettes ont atteint 13,4 milliards d'euros, contre 13,8 milliards en février 2020.

Sur ces deux mois, durant lesquels des restrictions d'activité étaient toujours en vigueur sur le territoire, les recettes engrangées sont ainsi supérieures de 3,2 milliards à la trajectoire prévue par le gouvernement dans la loi de finances pour 2021. Ces chiffres « signifient que ces recettes se tiennent bien, et que l'économie résiste bien. Et plus l'économie résiste bien (...), plus le rebond sera fort », veut croire Olivier Dussopt.

Frais bancaires : jusqu'à 222 € d'économies grâce à notre comparateur

Reste qu'en parallèle, le gouvernement a prolongé les aides aux entreprises et aux ménages pour faire face à la persistance de la crise sanitaire. Même si Bercy prépare leur retrait progressif, Olivier Dussopt estime à ce stade leur coût « entre 55 et 60 milliards d'euros » pour l'année 2021, en incluant les dépenses médicales (vaccination, tests, etc.). Pour financer ces mesures, le gouvernement devra présenter une loi de finances rectificative « d'ici l'été », afin d'obtenir les crédits nécessaires, a indiqué le ministre.