Alors que les soldes d’été 2020 sont censés débuter le 24 juin, leur coup d’envoi risque fort d’être repoussé. Mais à quelle date ? Tous les professionnels ne s’accordent pas sur le calendrier idéal. Le ministre de l’Economie devrait trancher fin mai.

Le Covid-19 a très fortement touché les commerces en ce printemps. Impossible pour les enseignes de prêt-à-porter, de chaussures, d’articles de sport, de déco… d’ouvrir leurs portes. Et les éventuelles ventes en ligne n’ont pas comblé le manque à gagner pour les enseignes qui disposaient d’un site de e-commerce. Conséquence : les stocks sont massifs et les commerçants aimeraient en vendre une bonne partie sans avoir à les brader trop vite lors des soldes. Normalement, la période de promotions aurait dû s’étaler sur 4 semaines, entre le mercredi 24 juin et le mardi 21 juillet 2020 pour la majorité des départements français (1).

Dès la fin avril, Bruno Le Maire s’est cependant monté « ouvert » à un report des soldes. Lors d’une audition à l’Assemblée nationale, le ministre de l’Economie a reconnu que « le 24 juin c'est trop tôt ». « Il me semble que ce n'est pas la bonne date pour les commerçants [...] Je suis ouvert à un décalage de la période soit au début du mois de juillet, soit - si certains le souhaitent - reporter encore plus tard, après l'été. Je souhaite que les différents commerces concernés puissent trouver un compromis pour proposer de nouvelles dates » précisait-il. Mais les acteurs du commerce ne sont justement pas d’accord sur la meilleure période pour lancer les soldes...

Juillet ou août ?

Comme le souligne le site Fashion Network, « l'Alliance du commerce, qui représente grandes enseignes et grands magasins, s'est positionnée pour un début des soldes début juillet, au plus tard » (et pour un retour d’une durée des soldes de 6 semaines). Du côté des marques, l'Union française des industries mode et habillement (UFIMH) s’est, elle, prononcée pour des soldes débutant le 15 juillet. Chez les représentants des multimarques indépendants (via la Fédération Nationale de l'habillement notamment), on milite pour une entame des soldes au mois d'août. Une date trop tardive selon la Fédération du Commerce Coopératif et Associé. Selon Alexandra Bouthelier, déléguée générale de la FCA citée par Fashion Network, « ce n'est pas le moment de couper l'herbe sous le pied aux acteurs du commerce qui vont très vite devoir penser à la saison hivernale pour rattraper un début d'année catastrophique. Certains d'entre eux commencent à recevoir leurs stocks d'hiver dès la mi-août. Où vont-ils stocker leurs collections hivernales si les soldes ont lieu tardivement ? » La décision de Bruno Le Maire est donc attendue avec impatience et anxiété chez les professionnels de la vente. Et selon les informations des Echos, « le gouvernement pourrait choisir la date du 15 juillet et une durée de cinq semaines ». le journal économique évoque une annonce possible « le 25 mai, après le point que fera le Premier ministre sur la deuxième phase du déconfinement ».

Frais bancaires : jusqu'à 220 € d'économies grâce à notre comparateur

Des promotions avant les soldes

Au-delà de la simple question des soldes, certains commerçants réclamaient l’interdiction d’opérations commerciales d’ampleur visant à faire baisser les prix. Le temps pour eux de se refaire une santé. Ainsi, la Confédération des commerçants de France demandait certes le report du début des soldes d'été au 22 juillet mais surtout une « ordonnance exceptionnelle pour encadrer, un mois avant la nouvelle date repoussée des soldes, les promotions agressives, les ventes privées, les ventes à perte, etc. y compris pour le e-commerce ». A ce jour, leur demande n’a pas été entendue par Bruno Le Maire. Et l’une des principales opérations commerciales du printemps va bel et bien avoir lieu. Les French Days, initiées par Boulanger, Cdiscount, Fnac Darty, La Redoute, Rue du Commerce et Showroomprivé, se dérouleront du 27 mai au 2 juin. « Décalée à l’issue de la période de confinement, pour permettre aux enseignes physiques de bénéficier pleinement de sa dynamique, cette édition du printemps 2020 a pour vocation de célébrer la renaissance du commerce » affirment les instigateurs de l’événement dans un communiqué. Et cette sorte de « Black Friday français » annonce déjà aussi des dates pour sa version « rentrée » : du 25 au 28 septembre.

(1) Par dérogation, certains départements ont des dates de soldes différentes : du mercredi 1er au mardi 28 juillet dans les Alpes-Maritimes et les Pyrénées Orientales, du mercredi 8 juillet au mardi 4 août en Haute-Corse et Corse du Sud. Le calendrier est également différent dans les Outre-Mer.