Les entreprises disposant d'un accord d'intéressement pourront verser jusqu'à 2.000 euros de prime défiscalisée, a annoncé mardi le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.

« Toutes les entreprises ayant un accord d'intéressement pourront aller jusqu'à 2.000 euros », a déclaré le ministre lors d'un point de presse téléphonique.

Bruno Le Maire avait annoncé il y a une semaine que la prime défiscalisée d'un montant de 1.000 euros maximum, instaurée pendant la crise des gilets jaunes de l'hiver 2018-19, ne serait plus sujette à la mise en place par l'entreprise d'un accord d'intéressement, comme cela devait initialement être le cas en 2020. Mais le montant maximal de la prime continuera à être de 1.000 euros pour les entreprises n'ayant pas d'accord d'intéressement, a précisé le ministre.

Lire aussi : Congés imposés, RTT, prime Macron… Ce que le coronavirus change pour vous

Fonds de solidarité plus accessible

Bruno Le Maire a par ailleurs dit avoir décidé « avec le président de la République » que « la perte de chiffre d'affaires à partir de laquelle on est éligible au fonds de solidarité passerait de 70% à 50% dès le mois de mars ». Ce fonds permet de compenser jusqu'à 1 500 euros la perte de chiffre d'affaires des très petites entreprises réalisant moins d'un million d'euros de chiffre d'affaires et employant moins de dix salariés.

Jusqu'ici, pour être éligibles, les entreprises devaient avoir perdu 70% de leur chiffre d'affaires du mois de mars ou avoir été obligées de fermer durant le confinement sanitaire.

Découvrez les meilleures cartes bancaires gratuites grâce à notre comparatif

Le ministre de l'Economie avait dit lundi que les entreprises auraient droit au fonds de solidarité dès 50% de perte de chiffre d'affaires, mais seulement en avril, et non dès le mois de mars. « Nous voulons renforcer notre dispositif de soutien à l'économie pour apporter une réponse immédiate concrète aux entrepreneurs comme aux salariés », a expliqué Bruno Le Maire.

Il a indiqué que la crise économique liée au coronavirus serait « violente, globale » et « durable » et que « le retour à la normale sera lent, progressif, difficile ».