La commission des sanctions de l'Autorité des marchés financiers (AMF) a condamné à une amende de 500 000 euros le courtier en ligne IG Markets, notamment pour la publication d'informations inexactes de nature à induire en erreur ses clients.

« Les manquements retenus sont multiples et d'une particulière gravité au regard de la clientèle à laquelle s'adresse la succursale, composée presque exclusivement de particuliers, des canaux de commercialisation utilisés, notamment internet, qui rendent les produits proposés directement et facilement accessibles et des risques financiers attachés à ces produits », a affirmé la commission des sanctions, dans sa décision publiée mercredi. « Toutefois, IG a pris de nombreuses mesures correctives à la suite du contrôle de l'AMF et la suppression de l'accès » à certains contrats pour la clientèle française, a-t-elle ajouté alors que le collège de l'AMF avait requis 800 000 euros et un avertissement.

Il est notamment reproché à IG d'avoir davantage mis en avant sur son site les potentiels retours sur investissement que les possibles pertes sur des contrats de différences (CFD), des produits financiers risqués permettant de spéculer sur l'évolution des marchés et qu'il proposait à ses clients.

Perte moyenne de 5 000 euros par client

Au moment du contrôle de l'AMF, il a été établi que 86% des clients de IG Markets avaient enregistré des pertes, pour un montant moyen de 5 000 euros, sur ces produits financiers. Il a également été reproché au courtier d'avoir « manqué de diligence » dans les demandes de transmissions de documents par l'AMF et des insuffisances dans des questionnaires adressés aux clients.

Professionnels : les offres en ligne les moins chères pour limiter vos frais bancaires

Le courtier n'a « pas la volonté de tromper », avait assuré Jean-Baptiste Poulle, l'avocat de la défense, lors de la séance de la commission des sanction le 23 mai dernier. « IG est un acteur de premier plan qui est une sentinelle et qui alerte sur les pratiques d'autres acteurs qui ne sont pas en France. Il contribue à un écosystème sain », avait-il déclaré.