Le budget 2018 prévoit une augmentation significative des plafonds de recettes en vigueur pour les régimes fiscaux s’appliquant aux micro-entrepreneurs. Conséquence : le plafond du régime micro-BIC, qui concerne notamment les loueurs de logements meublés, devrait grimper à 70 000 euros.

Vos projets au meilleur taux grâce à notre comparatif des prêts conso

Le projet de loi de finances pour 2018 ne s’attarde pas sur la location meublée non-professionnelle (LMNP). Mais le texte a une incidence sur l’un des deux régimes fiscaux envisageables dans ce cas (régime réel ou micro-BIC). Pour les activités de prestations de services et les activités non-commerciales, la limite pour bénéficier du régime micro-BIC sera fixée à 70 000 euros maximum, au lieu de 33 200 euros actuellement pour les entrepreneurs individuels, si le projet de loi est voté en l’état.

Pour rappel, le micro-BIC (bénéficies industriels et commerciaux) ouvre droit à un abattement de 50% sur les recettes de la location meublée. Ce régime fiscal concerne aussi la location meublée professionnelle (LMP).

Plus d’infos sur le statut LMNP et le régime de la location meublée