La « finance alternative » ou hors système bancaire traditionnel a bondi de 112% avec la récolte de 628,8 millions d'euros l'an dernier en France, selon le baromètre de KPMG et Financement Participatif France publié mardi. Au sein de ce grand ensemble, la collecte du crowdfunding représente 233,8 millions d'euros.

Sur ce montant global, le financement participatif s'est taillé la part du lion avec une collecte de 233,8 millions d'euros, en progression de 40%. « Il y a un décollage très manifeste », résultat d'une « dynamique assez collective qui s'est mise en place depuis 2014 pour que le secteur émerge durablement en France », a estimé auprès de l'AFP, Nicolas Lesur, président de l'association Financement Participatif France.

En matière de financement participatif, les prêts ont eu la cote avec une collecte de 96,6 millions d'euros en progression de 46%, suivis par l'investissement en capital et le don, chacun ayant recueilli 68,6 millions d'euros.

La « finance alternative » distinguée du crowdfunding

Par ailleurs, au sein de la « finance alternative », terme par lequel les auteurs de l'étude désignent la finance hors système bancaire, les prêts à la consommation en ligne ont récolté 197 millions d'euros, suivi par les cagnottes en ligne (112,5 millions d'euros) et les fonds de prêts aux entreprises en ligne (83,8 millions d'euros).

Encore balbutiante, la solidarité embarquée, c'est-à-dire le don par paiement à l'arrondi supérieur, a récolté 1,7 million d'euros en 2016. Au total, plus de 2,56 millions de financeurs ont contribué à 21.375 projets en ligne.

Investissez dans l'immobilier dès 1 000 €. Notre palmarès des meilleures SCPI

Des montants très différents pour le don ou le crowdequity

L'éventail du montant moyen de la collecte par projet se révèle large : de 1.811 euros pour le don sans contrepartie à 411.341 euros pour l'investissement en capital (crowdequity). En matière de prêt, le montant moyen par projet s'est établi à 132.811 euros pour les prêts rémunérés et à 592 euros pour les non rémunérés.

Les projets de prêt ont connu un taux de succès plus important (94%) que ceux consacrés à l'investissement (84%) ou au don (75%), selon le baromètre auquel 76 entreprises ont participé.