L'assureur mutualiste Macif a dégagé un bénéfice net de 146 millions d'euros au premier semestre, en hausse de 4%, porté par l'assurance dommages qui a bénéficié d'une moindre sinistralité, selon un communiqué lundi.

Sur les six premiers mois de l'année, le chiffre d'affaires du groupe a progressé de 2,5%, à 2,9 milliards d'euros, et le nombre de clients a augmenté de 1,3% pour atteindre les 5,20 millions de clients. Le bénéfice net a profité de « l'effet conjugué de l'amélioration de la sinistralité courante et exceptionnelle en dommages, et des efforts entrepris pour maîtriser la progression des frais généraux », indique le groupe.

En assurance dommages, les cotisations ont progressé de 1,2% à 1,5 milliard d'euros (à périmètre constant) et la contribution du secteur au résultat du groupe a fortement augmenté (109 millions d'euros contre 64 millions au cours de la même période de l'année précédente). Le ratio combiné net (indemnisation des sinistres, frais et commissions rapportés aux primes perçues) s'est nettement amélioré, passant de 100,6% à 97,8%. Le pôle santé a également vu ses cotisations progresser (+1,5% à 387 millions) porté par les produits de prévoyance individuelle (garantie obsèques, garantie emprunteur).

En assurance-vie, la collecte nette est en baisse, à 216 millions d'euros, malgré une hausse de la collecte brute (+6%), les épargnants ayant retiré davantage qu'au premier semestre 2014.

Professionnels : les offres en ligne les moins chères pour limiter vos frais bancaires

107.200 clients bancaires

L'activité bancaire est marquée par une progression du nombre de clients (107.200 contre 79.000 fin 2014), de comptes à vue et de livrets d'épargne, dont l'encours global atteint 311 millions d'euros contre 264 millions d'euros à fin 2014, relève la Macif. « Après une année 2014 de consolidation économique, marquée par une amélioration de la performance technique et opérationnelle, nous poursuivons en 2015 sur une trajectoire positive avec une nette progression du résultat technique notamment en dommages, métier historique du groupe », commente le directeur général Jean-Marc Raby, cité dans le communiqué.