Selon un sondage mené par l’Institut Think, les Français seraient prêts à investir près de 3.200 euros par an sur les plateformes de financement participatif si elles assuraient un rendement de 4 à 10% d’intérêts.

Près de deux Français sur trois connaissent le principe du financement participatif, et même un sur quatre se dit très bon connaisseur, selon un sondage mené par l’Institut Think pour Lendopolis et le Conseil Supérieur de l’Ordre des Experts-Comptables (1).

« Sur une plateforme de crowdfunding, l’intérêt des Français porte en priorité sur le soutien de proximité et moins l’appât du gain », précise l’Institut Think. Ainsi, 73% des sondés jugent un projet de soutien d’une entreprise de proximité intéressant, tandis que 56% prioriseraient « tous types de projets, tant que cela peut me rapporter de l’argent ».

Un potentiel de prêts de 75 milliards d'euros

47% des Français se disent prêts à prêter ou investir de l’argent, « soit potentiellement 24 millions de Français » rappelle l’Institut Think. Par ailleurs, des rendements annoncés de 4 à 10% via une plateforme de prêts rémunérés auprès d’entreprises de proximité pourraient les y inciter davantage. En effet avec de tels taux de rémunération, 51% d'entre eux seraient prêts à investir de 100 à 1.000 euros par an, et 28% de 1.000 à 5.000 euros. La moyenne annuelle sur l’ensemble des répondants est de 3.166 euros, « soit un potentiel de 75 milliards d’euros de prêts de particuliers en direction des TPE-PME ».

Frais bancaires : jusqu'à 223 € d'économies grâce à notre comparateur

A ce jour, seulement 7% des personnes interrogées ont déjà donné, prêté ou investi via une plateforme de crowdfunding. Il s’agit majoritairement de bons connaisseurs du financement participatif, de CSP + de moins de 35 ans habitant la région parisienne.

(1) Sondage « Les Français, leurs entrepreneurs et le crowdfunding », mené par l’Institut Think pour Lendopolis et le Conseil Supérieur de l’Ordre des Experts-Comptables à l’occasion du 22e Salon des Entrepreneurs, réalisé auprès d’un échantillon de 1.016 Français, interrogés en ligne du 9 au 15 décembre 2014.