La Banque centrale européenne vient de communiquer les chiffres de saisie des faux billets en euros en 2014. Ils sont en nette augmentation, de l’ordre de 25% par rapport à 2013.

En 2014, l’Eurosystème - qui regroupe la Banque centrale européenne et les différentes banques centrales des pays de la zone euro - a comptabilisé 838.000 billets contrefaits retirés de la circulation, contre 670.000 en 2013. Cette hausse est particulièrement sensible sur le 2e semestre 2014, où 507.000 faux billets ont été saisis.

Les faussaires semblent apprécier les billets de 20 et 50 euros, qui représentent 86% du total (60%, en augmentation, pour les premiers ; 26%, en baisse, pour les seconds). Viennent ensuite les 100 euros (8%) et les 10 euros (3%). Les 200 euros (1,5%), 5 euros (1%) et les 500 euros (0,5%) sont plus rares.

L’écrasante majorité de ces faux billets ont été saisis dans les pays de la zone euro : 97,5%, contre 2% environ pour les pays de l’UE hors zone euro et 0,5% pour le reste du monde.

« Un moyen de paiement fiable et sûr »

Dans son communiqué, l’Eurosystème rassure : « Les billets en euros restent un moyen de paiement fiable et sûr. Le nombre de billets contrefaits demeure (…) très faible par rapport au nombre total, en augmentation, des billets authentiques en circulation (plus de 16 milliards au second semestre 2014). »

Professionnels : les offres en ligne les moins chères pour limiter vos frais bancaires

Il rappelle également qu’il existe une méthode - le « toucher, regarder, incliner » - permettant de détecter facilement la fausse monnaie, en vérifiant un certain nombre de signes de sécurité (filigranes, hologrammes, bandes rugueuses, etc.). Des signes qui ont encore été améliorés sur les nouveaux billets de la série « Europe », dont seuls les 5 et les 10 euros ont déjà été mis en circulation en attendant les 20 euros courant 2015.

Lire aussi : Le nouveau billet de 20 euros présenté le 24 février 2015