Le gestionnaire de patrimoine Union financière de France (UFF) a quasiment doublé son bénéfice net au premier semestre, à 13,9 millions d'euros, tiré par l'intégration du réseau Aviva Epargne & Conseils, selon un communiqué publié mercredi.

Sur la période, l'UFF a vu son produit net bancaire (PNB, équivalent du chiffre d'affaires) bondir de 26%, à 91,6 millions d'euros, dont 13,5 millions en provenance du réseau acquis. A périmètre constant, le PNB a crû de 10%. L'UFF, filiale d'Aviva qui a finalisé début janvier son rapprochement avec Aviva Epargne & Conseils (220 employés), vise une fusion opérationnelle des deux réseaux pour 2015. Le groupe souligne que les charges d'exploitation liées à cette acquisition, 1,6 million d'euros, ont été dans leur quasi-totalité comptabilisées au 30 juin.

Sur le semestre, les commissions de placement ont augmenté de 39%, à 36,8 millions d'euros, tandis que les commissions de gestion ont grimpé de 24%, à 54,3 millions d'euros. L'activité commerciale a été tirée par l'assurance-vie avec une « hausse record » de 64% de la collecte, et par les investissements en valeur mobilière, principalement le PEA, avec une collecte en hausse de 24%, détaille l'UFF.

Une collecte nette de 62 millions d'euros

Les ventes de lots immobiliers sont restées stables sur un an, à comparer avec un premier semestre 2013 particulièrement soutenu, ce qui constitue selon le communiqué une « bonne performance, dans un marché fortement en recul ». Les souscriptions de parts de SCPI (société civile de placement immobilier) sont en augmentation de 44% avec notamment une bonne tenue de l'immobilier professionnel.

Néobanques : les offres les moins chères pour maîtriser votre budget

Au total, le groupe enregistre une collecte nette de 62 millions d'euros sur le semestre, dont 9 millions en provenance du nouveau réseau. Du côté des perspectives, l'UFF entend « poursuivre en 2014 le déploiement de son plan stratégique » et « voit ses ambitions se concrétiser progressivement » avec « le renforcement de ses canaux de distribution » et « l'accélération de sa transformation, dans le but d'améliorer encore son efficacité opérationnelle et de faire face aux évolutions réglementaires ».