Jérôme Cahuzac, ému aux larmes lors d'une cérémonie à Bercy, a salué mercredi la nomination de son « ami » Bernard Cazeneuve pour lui succéder comme ministre délégué au Budget comme « la seule bonne nouvelle » au moment où il est contraint de démissionner.

« Dans la journée d'hier, dont je crois que je me souviendrai quelques temps, ce fut de mon point de vue la seule bonne nouvelle », a déclaré l'ancien ministre au sujet de la nomination de l'ex-ministre délégué aux Affaires européennes. Il s'agissait de sa première déclaration en public après l'ouverture mardi d'une information judiciaire le visant pour blanchiment de fraude fiscale qui l'a poussé à quitter son poste.

« Je crois, j'espère avoir exercé ces fonctions ministérielles avec passion, ce qui suppose de donner beaucoup de temps et de ne jamais douter », a-t-il ajouté lors de la passation de pouvoirs. « Mon cher Bernard, mon ami Bernard, bonne chance à toi », a conclu Jérôme Cahuzac, la gorge nouée. Son cabinet au grand complet et l'admistration de Bercy ont salué son discours par de longs applaudissements.

« On ne remplace pas Cahuzac, on lui succède »

« C'est difficile dans ces circonstances de succéder à un ami, mais c'est aussi une motivation », lui a répondu le nouveau ministre délégué au Budget. Il a répété : « on ne remplace pas Jérôme Cahuzac, on lui succède, modestement ».

« Il incarnait dans cette maison une grande compétence, une grande maîtrise, qui a forcé l'admiration de son administration, qui a forcé le respect de ses collègues au sein du gouvernement », a poursuivi Bernard Cazeneuve. « Il a forcé le respect, parfois l'admiration de la représentation nationale lorsque par son éloquence, plaidant avec toute la technicité, la force qui caractérisait toujours ses prises de parole, il arrivait à convaincre même quand le sujet, et il l'était souvent, s'avérait difficile », a-t-il ajouté.

Trouvez le taux le plus bas pour votre projet immobilier !

Il a souligné sa « volonté de bien faire » et son « plaisir de travailler aux côtés de Pierre Moscovici », son ministre de tutelle à l'Economie et aux Finances. Ce dernier a aussi estimé que la nomination de Bernard Cazeneuve, « un homme de très grande compétence, de grand calme », « était la meilleure possible étant données les circonstances ». Pierre Moscovici a encore exprimé sa « reconnaissance » à Jérôme Cahuzac, saluant « la qualité exceptionnelle » de son travail à Bercy.