La future Banque publique d'investissement (BPI) sera « indépendante », a assuré vendredi Jean-Pierre Jouyet, qui prendra la présidence du nouvel établissement, lors d'un entretien à la station de radio Europe 1.

« Elle est présidée par quelqu'un qui, s'il a beau avoir beaucoup de sympathie et d'amitié pour le président de la République, a une réputation d'indépendance. Donc, elle sera indépendante », a affirmé M. Jouyet, qui est également directeur général de la Caisse des dépôts (CDC). L'ancien secrétaire d'Etat aux Affaires européennes est un proche de François Hollande, qu'il a côtoyé à l'Ecole nationale d'administration (ENA) au sein de la fameuse promotion « Voltaire » (sortie en 1980).

La BPI sera détenue, à parité, par l'Etat et la CDC et devrait voir le jour début 2013. Elle va réunir les moyens du Fonds stratégique d'investissement (FSI), de l'entité de capital-investissement CDC Entreprises et de la banque publique Oséo, pour proposer des financements aux entreprises ainsi que des prises de participation au capital.

Trouvez le taux le plus bas pour votre projet immobilier !

« Ce n'est pas une banque spéculative, ce n'est pas une banque qui a pris des risques. Elle est adossée à la Caisse des dépôts (...) qui a fait un travail sérieux en toute indépendance », a mis en avant M. Jouyet. Il a affirmé ne pas être inquiet « du tout » quant à l'éventualité d'engagements douteux de la BPI, en réponse à un parallèle dressé avec le Crédit Lyonnais, banque publique qui s'est effondrée en 1993.